La forteresse Europe et l´ADN du colonisé

24 Septembre 2007 – Page : 15
Pr Chems Eddine CHITOUR

La France véhicule au reste de l´Europe un message d´enfermement.

Les députés français ont adopté le projet de loi sur la « maîtrise de l´immigration » qui contient un amendement prévoyant, à titre expérimental, le recours à des tests ADN pour les candidats au regroupement familial. De plus, un amendement, qui s´inspire d´une recommandation de la Commission nationale de l´informatique et des libertés (CNIL), propose de légaliser la collecte de données de nature ethnique pour des études statistiques.(1)
Ainsi, après la fermeture étanche des frontières pour des causes économiques mais aussi religieuses, l´Europe invente de nouveaux écueils dans le parcours du combattant que doit faire l´émigré installé « régulièrement ». Suprême humiliation, il doit prouver que les enfants qu´il veut faire venir sont les siens. En Europe, on parle de plus en plus de famille recomposée où l´affection n´est pas forcément indexée sur la génétique. L´argument de choc est qu´il n´y a pas d´état civil dans ses « contrées lointaines » ou que les fonctionnaires administratifs sont corrompus au point de faire des certificats de complaisance. Les membres du gouvernement qui ont protesté l´ont fait comme Kouchner du bout des lèvres. Par contre, Martin Hirsch a déçu mais il s´en remet au Sénat et il brûle des cierges que ce dernier bloque. Naturellement, ils n´iront pas jusqu´à démissionner

Trophées

En définitive, c´est à se demander pourquoi dans la politique migratoire qui se dessine à l´échelle de la Commission européenne il n´y a pas une Directive imposant l´ADN pour les damnés de la Terre qui frapperaient en vain à la porte du supermarché. Cette Directive viendrait compléter les avancées unanimes dans ce domaine quant à la nécessité de barricader l´Europe par sa frontière sud. Citons les premiers trophées de l´Europe face aux damnés de la Terre: le dispositif Seave, mis en oeuvre sur les côtes espagnoles permet de repérer une pateras (embarcation) de l´autre côté du détroit de Gilbraltar. Citons, aussi, le dispositif de surveillance aérien et enfin les zones de rétention, entendons par là le parcage des épaves humaines coincées pour délit de faciès. Cela ressemble à s´y méprendre aux méthodes utilisées par le passé pour divertir les Français, je veux parler des zoos humains.
Ou encore à l´oeuvre de la SPA (Société protectrice des animaux) pour les chiens errants qui attendent un éventuel maître.
Dans le cas des émigrés en situation irrégulière et qui, pour reprendre l´expression élégante mais hypocrite, n´ont pas vocation à rester sur le sol français, ils seront chartérisés selon l´expression tragi-comique d´Edith Cresson, ancienne Premier ministre de gauche, qui a tenté à sa façon de continuer la politique de son prédécesseur qui lui martelait que la France ne pouvait accueillir toute la misère du monde. Nous sommes d´accord avec lui, sauf que cette misère n´est pas tombée du ciel, elle a une histoire qui s´appelle la colonisation et qui, à bien des égards, ne fut pas une oeuvre positive.

L’article en entier ICI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s