« Perte toxique » derrière la piraterie somalienne



Quelques pirates fonctionnant outre de la réclamation de la côte de la Somalie pour agir en tant que gardes-côte [GALLO/GETTY]

Les pirates somaliens ont accusé les sociétés européennes de mettre à la décharge la perte toxique outre de la côte somalienne et exigent une rançon de $8m pour le retour d’un bateau ukrainien qu’ils ont capturé, dire l’argent ira vers nettoyer la perte.

La demande de rançon est des moyens de la « réaction à la perte toxique qui a été continuellement vidée sur les rivages de notre pays pendant presque 20 années », Januna Ali Jama, un porte-parole pour les pirates, basé dans la région semi-autonome de Puntland, a dit.

« Le littoral somalien a été détruit, et nous croyons que cet argent n’est rien comparé à la dévastation que nous avons vue sur les mers. »

Les pirates tiennent le système mv Faina, les réservoirs de transport d’un bateau ukrainien et le matériel militaire, outre de la côte nordique de la Somalie.

Selon le bureau maritime international, 61 attaques par des pirates ont été rapportées puisque le début de l’année.

Tandis que l’argent est le premier objectif des hijackings, des réclamations de la destruction environnementale continue outre de la côte de la Somalie ont été en grande partie ignorées par les autorités maritimes des régions.

Dumping des allégations

Ahmedou Ould-Abdallah, le délégué de l’ONU pour la Somalie confirmé à Al Jazeera le corps du monde a « l’information fiable » que les compagnies européennes et asiatiques vident la perte toxique, y compris la perte nucléaire, outre du littoral somalien.

« Je dois soumettre à une contrainte cependant, ce gouvernement de non a approuvé cet acte, et ce seuls temporaires d’entreprises privées anonymes et d’individus sont responsables, » il a dit

Les pirates tiennent le système mv Faina outre de la côte nordique de la Somalie [Reuters]

Les allégations du dumping de la perte toxique, aussi bien que la pêche illégale, ont circulé depuis le début des années 90.

Mais l’évidence de telles pratiques est littéralement apparue sur les plages de la Somalie nordique quand le tsunami de 2004 a frappé le pays.

Le programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) a rapporté que le tsunami avait lavé vers le haut des récipients de rouillement de perte toxique sur les rivages de Puntland.

Nick Nuttall, un porte-parole de PNUE, dit Al Jazeera que quand les barils étaient ouverts heurté par la force des vagues, les récipients ont exposé « une activité effrayante » qui avait continué pour plus que la décennie.

La « Somalie a été employée comme dépotoir pour des déchets dangereux commençant au début des années 90, et continuant par la guerre civile là, » il a dit.

« Les compagnies européennes l’ont trouvée pour être très bon marché pour se débarasser de la perte, calcul des coûts aussi peu que $2.50 par tonne, où les coûts d’évacuation des déchets en Europe sont quelque chose comme $1000 une tonne.

« Et la perte est beaucoup de différentes sortes. Il y a les déchets radioactifs en uranium. Il y a plomb, et métaux lourds comme le cadmium et le mercure. Il y a également perte industrielle, et il y a des pertes d’hôpital, pertes de produit chimique – vous nom il. »

Nuttall a également indiqué que depuis que les récipients sont venus à terre, les centaines de résidants sont tombées malades, souffrant de la bouche et le saignement abdominal, les infections de peau et d’autres maux.

« Nous [le PNUE] avions prévu de faire une évaluation scientifique appropriée et détaillée sur l’importance du problème. Mais en raison des niveaux élevés de l’insécurité onshore et outre de la côte somalienne, nous ne pouvons pas effectuer une évaluation précise de l’ampleur du problème, » il a dit.

Cependant, Ould-Abdallah réclame la pratique continue toujours.

« Ce qui est le plus alarmant ici est que la perte nucléaire est mise à la décharge. La perte radioactive d’uranium qui tue potentiellement Somalis et détruit complètement l’océan, » il a dit.

Perte toxique

Ould-Abdallah a refusé d’appeler quelles compagnies sont impliquées dans le dumping de rebut, citant des raisons légales.

Mais il a dit le carburant d’aides de pratique la guerre civile de 18 ans en Somalie comme les compagnies payent les ministres du gouvernement somaliens pour mettre à la décharge leur perte, ou a fixé des permis et des contrats.

« Il n’y a aucun contrôle du gouvernement… et il y a peu de personnes avec la base morale élevée… [et] oui, les gens en positions élevées sont épongés, mais en raison de la fragilité du TFG [gouvernement fédéral transitoire], certaines de ces compagnies ne demandent maintenant plus les autorités – elles mettent à la décharge simplement leur perte et partent. »

Ould-Abdallah a indiqué qu’il y a des questions morales à considérer parce que les compagnies sont en pourparlers des contrats avec un gouvernement qui est en grande partie divisé le long des lignes tribales.

« Comment pouvez vous être en pourparlers ces rapport d’affaires avec un pays à la guerre et avec un gouvernement luttant pour rester approprié ? »

En 1992, un contrat pour fixer le dumping de la perte toxique a été fait par Swiss et les associés et le Progresso d’Achair de sociétés d’expédition d’Italien, avec Nur Elmi Osman, un ex-fonctionnaire ont nommé au gouvernement d’Ali Mahdi Mohamed, un de beaucoup de chefs de milice impliqués dans évincer du barre de Mohamed Siad, l’ancien président de la Somalie.

Sur demande des gouvernements suisses et italien, le PNUE a examiné la question.

Les deux sociétés avaient nié conclure n’importe quel accord avec des chefs de milice au début de la guerre civile somalienne.

Osman également nié signant tout contrat.

« Participation de Mafia »

Cependant, Mustafa Tolba, ancien directeur exécutif de PNUE, dit Al Jazeera qu’il a découvert les sociétés ont été installés en tant que compagnies factices par de plus grandes sociétés industrielles pour avoir des déchets dangereux.

« Alors, lui senti comme nous avions affaire avec la Mafia, ou une certaine sorte de groupe de crime organisé, fonctionnant probablement avec ces sociétés industrielles, » il a dit.

Les nations l’ont trouvé difficile à aborder
le problème de la piraterie [AFP]

« Elle était très ombreuse, et tout à fait sous terre, et je serais d’accord avec les réclamations d’Ould-Abdallah sur lesquelles elle va toujours… Malheureusement la guerre n’a pas permis aux groupes environnementaux d’étudier ceci entièrement. »

La Mafia d’Italien commande des 30 pour cent environ de compagnies de l’évacuation des déchets de l’Italie, y compris ceux qui traitent la perte toxique.

En 1998, Famiglia Cristiana, un magasin hebdomadaire italien, réclamé que bien que la majeure partie du gaspiller-dumping ait eu lieu après que le début de la guerre civile en 1991, l’activité ait commencé réellement dès 1989 sous le gouvernement de barre.

Au delà de la question morale de l’essai de fixer un accord de déchets dangereux dans un pays instable aimez la Somalie, la tentative alléguée par Swiss et les sociétés d’Italien pour vider la perte en Somalie violeraient les traités internationaux auxquels les deux pays sont des signataires.

Ramifications légales

La Suisse et l’Italie ont signé et ont ratifié la convention de Bâle sur la commande des mouvements transfrontaliers des déchets dangereux et de leur disposition, qui sont entrés en vigueur en 1992.

Les Etats membres d’UE, comme 168 autres pays ont également signé l’accord.

La convention interdit le commerce de rebut entre les pays qui ont signé la convention, aussi bien que les pays qui n’ont pas signé l’Accord à moins qu’un accord bilatéral ait été négocié.

Il est interdit également l’expédition des déchets dangereux à une zone de guerre.

Abdi Ismail Samatar, professeur de géographie à l’université du Minnesota, a indiqué Al Jazeera que parce qu’une coalition internationale des vaisseaux de guerre a été déployée au Golfe d’Aden, on doit avoir observé le dumping allégué de la perte.

Dommage causé à l’environnement

« Si ces actes continuent, puis sûrement ils doivent avoir été vus par quelqu’un impliqué dans des opérations maritimes, » il a dit.

« La cargaison visée est-elle une certaine destination plus importante que des activités illégales de surveillance dans la région ? La piraterie n’est pas le seul problème pour la Somalie, et je pense qu’elle est irresponsable de la part des autorités pour donner sur cette issue. »

Mohamed Gure, Président du groupe de souci de la Somalie, a dit que les conséquences sociales et sur l’environnement seront senties pendant des décennies.

« Le littoral somalien employé pour soutenir des centaines de milliers de personnes, comme source de nourriture et de vies. Une grande partie est maintenant presque détruite, principalement aux mains de ces soi-disant ministres qui ont vendu leur nation pour remplir leurs propres poches. »

Ould-Abdallah a indiqué que la piraterie n’empêchera pas le dumping de rebut.

« Les intentions de ces pirates ne sont pas concernées par protéger leur environnement, » il a dit.

« Ce qui est finalement nécessaire est un fonctionnement, le gouvernement efficace qui obtiendra son acte ensemble et prendra la commande de ses affaires. »

Source : Al Jazeera PERMALINK
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s