Chine : Le logiciel libre menacé par la censure des États-Unis

publié par John Kennedy

2010-02-02 @ 16:48 EST

Traduit par Rougemer

[Les liens sont en anglais ou en chinois] Quelques jours seulement après qu’Hillary Clinton, secrétaire aux Affaires étrangères des États-Unis, ait prononcé son discours sur la liberté d’Internet, la plateforme en ligne de logiciels libres (open source) SourceForge.net, a bloqué l’accès aux adresses IP (adresses Internet) provenant de Cuba, d’Iran, de Corée du Nord, du Soudan et de la Syrie.

SourceForge s’est justifié en disant que son hébergeur respectait la loi américaine. À quelque chose près, le gouvernement chinois avait dit la même chose quand il était question de la censure d’Internet en Chine.

La Chine a déjà censuré SourceForge.net par le passé. Informés de la nouvelle “muraille” américaine de pare-feux informatiques, des informaticiens chinois se sont demandés si, désormais, ils ne seraient pas victimes à leur tour de la censure américaine et s’interrogent sur ce qu’ils peuvent faire à ce sujet.

sourceforgeblock

Photo du blog Moonlight de William Lone.

Sur le site web informatique chinois CNBeta, le développeur web ugmbbc écrivaitt le jour même où la nouvelle a été annoncée :

在今天,开源精神遭到了践踏,SourceForge会因为他们被要求屏蔽流氓国家而去美国国会抗议么?

这是个棘手的问题,难道仅仅因为这几个国家的极少数的一部分人的极端行为,就要整个国家遭到惩罚么?开源软件为这些受到压迫和发展中的国家提供了重要的基础设施。希望美国政府能够看到对这些国家基础设施和羽翼未丰的产业带来的打击。

Aujourd’hui, on s’en est pris au concept même de logiciel libre (open source). Est-ce que Source-Forge va porter plainte auprès du Congrès américain alors que l’hébergeur a été sommé de barrer la route aux “états voyous” ?

C’est un problème épineux. Mais est-ce qu’une nation entière doit payer pour les mauvaises actions de quelques extrémistes d’un certain nombre de pays ? Les logiciels libres (open source) ont fourni une importante infrastructure de développement aux pays opprimés. J’espère que le gouvernement américain peut se rendre compte de ce que signifie porter atteinte aux infrastructures et aux industries précaires de ces pays.

Sur le site de la communauté de développeurs web chinois Solidot, free-as-in-freedom (来自 free-as-in-freedom 部门) pense que l’attitude de Source-Forge suit en fait les limites d’utilisation fixées pour ces cinq pays, leur permettant de parcourir le site, de télécharger des logiciels libres, mais en les empêchant d’accéder aux codes et de participer à leur développement. Voici d’autres commentaires :

Alpha.Roc:
SourceForge 还是要遵守美国法律的呀?

Alors ça veut dire que SourceForge doit se soumettre aux lois américaines ?

alvan:
SourceForge为什么一定要遵从自由软件精神?软件只是代码,所以可以自由中立;但是网站是离不开服务器的,你的服务器放在哪个国家,就要遵从这个国家的法律——这个天经地义呀。

Pourquoi SourceForge doit-elle absolument suivre le concept originel de logiciel libre (open source). Un logiciel est avant tout un assemblage de codes, ce qui le rend neutre et libre. Mais les sites web ne peuvent pas exister sans les serveurs qui les hébergent. Et votre hébergeur doit se soumettre aux lois du pays où il est domicilié. On ne peut rien faire contre ça.

pynets:
这是人家的自由

C’est leur façon à eux de voir la liberté.

Le développeur erlv commente sur son blog LingCC que la politique gagne du terrain sur l’initiative des logiciels libres :

每个喜欢互联网技术,拥护开源的人都不想让开源沦为政治工具,但这是一个政治主导的世界,你得听政府的,政府是老大,你在政府的地盘上混,管你什么道义,什么自由,什么开源,统统只是工具。

我不是在鼓吹网络长城多么利国利民,但我们确实需要一种手段,让我们与国外能自由交流的同时,能摆脱对他们的依赖。正如现在国内,开源爱好者们都很乐于将自己的代码贡献出来,给开源社区,但当它变成政治工具的时候,我们如何取得该属于我们的权利?

SourceForge.net 好像在国内还没有官方的镜像服务器. 如果我们的官老爷们真的为我国的信息产业处心积虑,鞠躬尽瘁的话,倒不如拿支持防火长城项目1%的钱,作为政府鼎力支持,在国内建几个开源镜像服务器,这 样,至少我们还能有所有的源码,至少我们有了独立自主!

Tous ceux qui sont friands des technologies web et tous ceux qui sont partisans du développement des logiciels libres ne souhaitent pas que les logiciels libres deviennent un outil politique. Mais ce monde est dirigé par des politiques. Et vous devez vous incliner ; car le gouvernement est au-dessus de tout. En fait, vous n’évoluez que dans l’espace que le gouvernement veut bien vous donner. Vous pouvez dire ce que vous voulez au sujet de l’idée ou du principe de logiciel libre ( open source ), tout ça, ce ne sont que des outils.

Je ne suis pas en train de dire que la muraille de pare-feux (la censure, ndt) est bonne pour le peuple ou le pays. Ce dont nous avons besoin, ce sont des moyens sûrs qui nous permettent de communiquer avec les autres pays en toute liberté et en même temps de ne plus dépendre d’eux. Maintenant, en Chine, beaucoup d’amateurs de logiciels libres sont très heureux de partager leurs codes avec le reste de la communauté des développeurs. Mais lorsque tout cela se transforme en un outil politique, comment pourrait-on obtenir le droit qui doit nous appartenir ?

Je ne pense pas qu’en Chine il y ait un serveur-miroir officiel (sur Internet, un site-miroir est une copie exacte d’un autre site internet. Les sites miroirs sont d’usage surtout afin de fournir plusieurs copies de la même information, en particulier pour les téléchargements de grande envergure, répartissant ainsi la charge générée par un trafic élevé sur plusieurs serveurs et sites totalement séparés. NDTsource Wikipedia – Site miroir ). Si ces messieurs du gouvernement voulaient vraiment agir en faveur du développement du secteur des nouvelles technologies de l’information du pays, et faisaient vraiment tout ce qu’il fallait, qu’est-ce que ça pourrait faire de prendre seulement 1% du budget alloué à la “grande muraille pare-feu” et mettre cet argent généreusement dans le développement de quelques sites miroir en logiciel libre à l’intérieur du pays. Nous pourrions pour le moins posséder nos propres codes, nous pourrions pour le moins obtenir notre indépendance !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s