La Pologne , Centrale de l’Europe

Source : http://ddc.arte.tv

En organisant l’Euro de football l’été dernier, en tandem avec l’Ukraine, la Pologne a présenté l’image d’un pays résolument ouvert et tourné vers l’avenir. Au sein d’une Europe en crise, le pays affiche une bonne réussite : épargné par la récession, il rattrape son retard et fait désormais figure de « grand » de la scène européenne. Le Dessous des Cartes analyse les ressorts de cette montée en puissance polonaise. Une émergence qui se veut autant économique que diplomatique.

Lectures

Étude économique de la Pologne 2012
OCDE
L’étude économique de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) concernant la Pologne en 2012 examine les récents développements économiques et politiques ainsi que les perspectives économiques.
Il comprend également des chapitres spéciaux qui traitent des changements climatiques et des soins de santé.
« La Pologne est le pays de l’OCDE qui a enregistré la plus forte croissance tout au long de la crise économique mondiale. Cependant, compte tenu des restrictions budgétaires prévues par les autorités polonaises et du freinage de l’activité économique en Europe, la croissance du PIB réel devrait fléchir fortement pour tomber à 2 – 3 pour cent en 2012 et 2013. » Extrait de la synthèse.
La Pologne – De Pilsudski à Walesa – 11 novembre 1918 / 27 octobre 1991
Jean Lorcin
Éditions Jacques André / Cei
Professeur honoraire d’histoire contemporaine à l’université Lumière Lyon 2, Jean Lorcin, spécialiste d’histoire économique et sociale, a enseigné l’histoire de l’Allemagne et de la Russie-URSS au XXe siècle.
Il lui a paru essentiel de compléter cette expérience de l’Europe centrale et orientale par la prise en compte de l’entre-deux que représente la Pologne. Il y était d’autant plus disposé qu’il a été responsable des relations scientifiques entre Lyon 2 et l’université de Lódz, lui permettant ainsi de prendre conscience de la situation politique, économique et sociale d’un pays d’abord sous l’état de guerre, en 1984, puis fraîchement libéré en 1991. Autant de souvenirs qui l’ont poussé à aborder ce sujet, tant les liens entre la France et la Pologne sont anciens et étroits.
D’autre part, l’enseignement de l’histoire allemande et soviétique lui a permis de se distancier d’une historiographie purement polono-polonaise dont Daniel Beauvois a montré les limites au lendemain de la libération du joug soviétique. Comme lui, Jean Lorcin n’a pas voulu s’immiscer dans les querelles internes, ou encore mettre en concurrence les insurrections du ghetto de Varsovie en 1943 et de la ville de Varsovie en 1944.
Il s’est efforcé de s’en tenir à l’histoire « sincère » pour reprendre l’expression de Seignobos, d’une Pologne encore inquiète, agitée, mais représentative d’une Europe de l’Est qui se veut désormais centrale, à un moment décisif pour l’avenir de l’Union européenne. Il lui a paru utile de consigner dans un ouvrage de synthèse le fruit de son expérience. La lecture d’une surabondante littérature historique lui a permis de compléter son information qui s’appuie en particulier sur la consultation des archives diplomatiques polonaises, françaises, allemandes et pontificales publiées à ce jour.
Voyage en Pologne
Alfred Döblin avec une traduction de Nicole Casanova
Flammarion
« Des champs plats passent furtivement, de petites forêts. Au bord d’un cours d’eau, sous un pont de bois, une paysanne va pieds nus, foulard blanc sur la tête. Qu’est-ce que cela ? Troupeaux de boeufs. De nouveau des terres cultivées. Beaucoup d’oies blanches. C’est la Pologne. »
Un matin de septembre 1924, par la fenêtre du train qui l’emmène de Berlin à Varsovie, Alfred Döblin pose pour la première fois le regard sur la campagne polonaise. Il parcourra le pays pendant deux mois, mû par le désir de comprendre cet État voisin, tout juste sorti des cendres de la Première Guerre mondiale et qu’il connaît mal. Posant sur toutes choses un regard curieux, notant au fil de ses promenades les impressions qui feront la matière de ce livre, il interroge sans relâche ses interlocuteurs : « Quelles forces, quelles puissances organisent l’État ? Qui gouverne, officiellement ou non ? Qui a faim, et qui est rassasié ? ».
Alerté par la montée de l’antisémitisme à Berlin depuis le début des années 1920, Döblin accorde une attention toute particulière à la population juive. Le mode de vie de ce peuple ayant sa propre langue, sa propre religion et sa propre culture bouleverse le voyageur, lui-même d’origine juive. Ce monde décrit par Döblin a cessé d’exister. La guerre et la barbarie nazie ont anéanti la culture juive polonaise et bouleversé à jamais la physionomie du pays. Le témoignage de l’écrivain, façonné par le style puissant qui fait de lui l’un des plus grands auteurs allemands du XXe siècle, retrace les contours d’un monde disparu.
Le roi Mathias Ier
Janusz Korczak et une traduction de Zofia Bobowicz
Fabert
Il était une fois, dans un pays imaginaire, un jeune garçon amené malgré lui à devenir monarque à la mort de son père. Le petit Mathias se heurte à l’hostilité des ministres, à l’incompréhension des adultes et à leur ignorance des problèmes des enfants. Après de nombreuses péripéties et d’incroyables aventures, il parvient à s’imposer et à faire évoluer son pays en une démocratie où les enfants auraient les mêmes droits que les adultes. Le petit roi réformateur crée ainsi le Parlement des enfants et parvient à réformer son administration pour l’adapter à l’écoute des enfants et répondre à leurs besoins. Mais, inexpérimentés, les principaux intéressés ne font pas toujours le meilleur usage de leur liberté… Les ennemis de Mathias organisent un mémorable désordre, les États voisins lui déclarent la guerre et le petit roi est finalement vaincu.
Roman d’aventures, Le Roi Mathias Ier est aussi un conte métaphorique plein d’humour qui s’adresse aux enfants, mais qui concerne également les adultes.
À partir de l’imaginaire et de la toute-puissance de l’enfance, il donne à réfléchir sur les mécanismes du pouvoir, sur la méfiance et les malentendus persistants entre le monde des adultes et le monde des enfants, et sur la reconnaissance des droits d’expression et de participation de ces derniers : des problématiques toujours d’actualité.
À propos de l’auteur : médecin, éducateur et écrivain célèbre, Janusz Korczak est reconnu comme le précurseur et l’inspirateur de la Convention des droits de l’enfant. Grand témoin de son temps, il s’est battu toute sa vie pour défendre et faire respecter l’enfant. Sa démarche profondément humaniste, son attitude éthique toujours exemplaire, et son œuvre littéraire pour adultes et enfants ont profondément marqué des générations de jeunes Polonais.
Pour Janusz Korczak, l’enfant est un citoyen qui doit être considéré avec sérieux, acteur de son éducation, il devrait toujours être associé aux décisions qui le concernent.

Agenda

Au cœur du génocide. Les enfants dans la Shoah, 1933-1945
Mémorial de la Shoah – Paris
Jusqu’au 30 décembre 2012.
Un million et demi d’enfants juifs de moins de 15 ans ont été assassinés en Europe durant la Shoah. Le fondement de cette mise à mort des victimes ne repose que sur le crime d’être né et sur lui seul.
Heinrich Himmler dans un discours prononcé à Posen, en octobre 1943, déclare : « Je ne me sentais en effet pas le droit d’exterminer les hommes […] et de laisser grandir les enfants qui se vengeraient sur nos enfants et nos descendants. (…) »
De ces enfants, nous sont parvenus des lettres, récits, journaux, dessins… Ces documents sont la base, parmi d’autres écrits, photographies et films d’époque, de l’exposition proposée par le Mémorial de la Shoah. En complément, un cycle de rencontres, de projections, de témoignages, et un colloque évoquent le sort et les actes des enfants qui ne sont plus, mais aussi de ceux qui ont survécu.
Accompagnant l’exposition, un cycle thématique propose des rencontres, des projections et un colloque avec des historiens, des écrivains et des témoins.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s