Cartographie de le corruption

Source : http://ddc.arte.tv

08/03/2014

English : Mapping of the corruption

L’ONG Transparency International est la principale organisation issue de la société civile, qui combat la corruption dans les institutions publiques. Sur la base des données qu’elle collecte, Le Dessous des Cartes analyse la perception de la corruption à l’échelle mondiale et les différents moyens pour la combattre.

Dessous des cartes – Cartographie de la corruption par Ledessousdescartes

L’indice de perception de la corruption dans le monde en 2013

Voici un planisphère, montrant les 177 pays et territoires dans lesquels Transparency International a pu, en 2013, évaluer l’indice de perception de la corruption. Pour cette ONG, la corruption se définie comme « l’abus d’une fonction publique à des fins d’enrichissement personnel ». Et cet indice reflète la perception que les acteurs de la vie économique ont de la corruption affectant les partis politiques, le système judiciaire ou encore les services publics.

Les pays les moins corrompus

L’indice va de 0 à 100 : les pays très corrompus se rapprochent du chiffre 0, et les pays peu corrompus tendent vers 100. Donc plus l’indice est faible, plus le pays est perçu comme corrompu, ce qui peut paraître contradictoire. Pour les pays peu corrompus, l’indice le plus élevé est égal à 91, et il s’applique au Danemark et à la Nouvelle-Zélande. Ce sont des États où les lois nationales encadrent strictement le comportement public de leurs dirigeants.

Les pays les plus corrompus

Les pays où cet indice est le plus faible (égal à 8), donc très mauvais, sont la Somalie, la Corée du Nord et l’Afghanistan – pays marqués par le totalitarisme ou la guerre. Enfin, près de 80% des pays et territoires étudiés affichent un indice inférieur à 60, donc loin du 91 danois. On mesure ainsi que la corruption est un phénomène largement répandu dans le monde.

La perception de la corruption au sein de l’Union européenne

Dans l’ensemble, l’Union européenne est plutôt une bonne élève. Parmi les pays perçus comme les moins corrompus, on trouve le Danemark donc, ainsi que la Suède et la Finlande. Et parmi les pays perçus comme plus corrompus, on trouve des pays du sud-est de l’Europe : la Roumanie, la Bulgarie, et la Grèce.

La mauvaise position de l’Inde

Avec un indice de 36, un mauvais indice donc, l’Inde se trouve à la 94e place du classement. La quasi totalité de la population indienne – soit 1,3 milliard d’individus – est presque quotidiennement confrontée à la corruption. Et le coût est énorme pour le pays : un tiers du PIB selon certains représentants des milieux d’affaires. Depuis deux décennies, la corruption s’est généralisée en Inde. C’est l’une des conséquences de la libéralisation de l’économie.

Lectures

La corruption et le droit international Sous la direction de Daniel Dormoy
Éditions Bruylant 08/2010Présentation de l’éditeur
Qu’est-ce que la corruption ? Quelles en sont ses différentes manifestations dans les domaines économique, financier ou encore de la gestion de l’environnement ? Comment sont appréhendés les différents visages de ce phénomène par le droit international ? Quels sont les mécanismes de lutte contre la corruption, de la prévention à la répression ? Telles sont quelques-unes des questions qui sont étudiées dans cet ouvrage qui assure la publication du colloque annuel du Réseau francophone de droit international, qui s’est tenu à Paris, dans les locaux de l’OCDE, en mai 2007.À propos de l’auteur
Daniel Dormoy est agrégé des facultés de droit, professeur à la faculté Jean Monnet de l’université Paris-Sud (Paris XI).

Lutte contre la corruption internationale – The never ending storySous la direction d’Ursula Cassani et d’Anne Héritier Lachat
Éditions Schulthess06/2011Présentation de l’éditeur
Cet ouvrage reproduit les exposés présentés lors d’un colloque consacré à la lutte contre la corruption, qui continue à se heurter à des obstacles importants, nonobstant les efforts entrepris. Le site de l’éditeur propose une présentation détaillée des thématiques abordées par les auteurs intervenants.À propos des auteurs
On peut lire aussi l’introduction de la professeure Ursula Cassani sur le site de l’université suisse de Genève. Anne Héritier Lachat est professeure au Centre de droit bancaire et financier de Genève.

Revue « Esprit » (février 2014) : La corruption, maladie de la démocratie Nombreuses contributions sous la direction d’Olivier Mongin
02/2014Présentation
Alors que l’éditorial principal en accès gratuit est intitulé Justice préventive et censure préalable, le dossier La corruption, maladie de la démocratie est introduit par l’article d’Alice Béja qui interroge : est-ce « Un mal d’époque » ? Outre les études d’Antoine Garapon (La peur de l’impuissance démocratique), de Céline Spector (Montesquieu ou les infortunes de la vertu) et de Marcel Hénaff (Le don perverti. Pour une anthropologie de la corruption), le dossier comprend un entretien avec Michèle Rivasi et une table-ronde avec les spécialistes Frédéric Monier, Anne-José Fulgéras et Fabrice Lhomme sur le sujet « Comment lutter contre la corruption ? »À propos des auteurs
Alice Béja est enseignante, américaniste et secrétaire de rédaction de la revue Esprit.
• Frédéric Monier a codirigé avec F. Dard Patronage et corruption politiques dans l’Europe contemporaine (Armand Colin, 2014).

L’esprit de corruption Eric Alt et Irène Luc
Éditions Le Bord de l’Eau 03/2012Présentation de l’éditeur
La corruption a des conséquences très concrètes sur la vie quotidienne. Elle permet l’accaparement de richesses au détriment du plus grand nombre. Elle détruit la confiance nécessaire à la vie démocratique. La corruption dépend de la qualité des lois et de celle des hommes qui les appliquent.
Cet ouvrage soumet les lois et les institutions à un test de résistance à la corruption. Les auteurs permettent ainsi de comprendre pourquoi l’idéal d’une République irréprochable s’est éloigné.À propos des auteurs
• Eric Alt a été substitut du procureur, vice-président dans une chambre correctionnelle spécialisée en matière économique à Paris ; il est actuellement conseiller référendaire à la Cour de cassation. Il est membre du conseil d’administration de Sherpa – association créée en vue de protéger et défendre les populations victimes de crimes économiques–, du comité de parrainage d’Anticor, du Syndicat de la magistrature et de l’association Medel de défence de la démocratie et des libertés, qui regroupe des organisations européennes de magistrats.
• Irène Luc a été magistrat à la Direction des affaires criminelles, chef du service juridique de l’Autorité de la concurrence ; elle est actuellement conseillère à la Cour d’appel de Paris.

Corruption, stop ou encore ? Manifeste pour l’action citoyenne Séverine Tessier et François Gargan
Éditions Lignes de repères 08/2011Présentation de l’ouvrage
L’ouvrage se veut à la fois une dénonciation des pratiques de corruption et un manifeste pour la moralisation de la vie politique. Chacun de ses sept chapitres (niches fiscales, conflits d’intérêt, partenariat public-privé, instances de contrôle, dépénalisation, exécution des peines) illustre, à partir d’enquêtes et de témoignages, les cas de corruption les plus emblématiques. Chaque chapitre se conclut par une série de propositions simples : aux citoyens d’y veiller, aux candidats aux élections présidentielles de s’y engager !
L’éditeur propose une description détaillée sur son site.À propos des auteurs
• Séverine Tessier est la porte-parole de l’organisation anti-corruption Anticor créée en 2002. Cette association lutte contre la corruption et pour la moralisation de la vie politique ; elle est soutenue par de nombreuses personnalités, dont des magistrats comme le juge Halphen, ou des politiques comme Corinne Lepage ou Cécile Duflot.
• François Gargan est le pseudonyme d’un journaliste politique suivant de près les affaires parlementaires.

La Princesse du gaz Frank Schumann, traductions de Véronique Grosjean et Elisabeth GuillotÉditions du Moment
06/2013Présentation de l’ouvrage
Ioulia Timochenko est condamnée à sept ans de réclusion en octobre 2011 pour abus de pouvoir lors de son deuxième mandat comme chef du gouvernement ukrainien. Hospitalisée en mai 2012, elle est poursuivie pour évasion fiscale et détournement de fonds. Elle est, en outre, soupçonnée d’avoir commandité l’assassinat d’un député en 1996. Ce nouveau chef d’inculpation, beaucoup plus grave, pourrait lui valoir la prison à perpétuité. Mais que sait-on vraiment du fond de ces affaires marquées par une intrication d’intérêts privés et publics de grande ampleur ? Le journaliste allemand Frank Schumann a enquêté sur place et rencontré des témoins de première importance.À propos de l’auteur
Journaliste de 1978 à 1991 pour de grands journaux berlinois et allemand, Frank Schumann a depuis créé sa maison d’édition, Ost. Il est l’auteur de plusieurs best-sellers dont, en 2012, Schalck-Golodkowski: Der Mann, der die DDR retten wollte (L’homme qui voulait sauver la RDA, non traduit).

L’Ukraine est considérée, selon diverses estimations, et notamment par Transparency International, comme l’un des pays les plus corrompus. Le site Press Europ, traduit en dix langues, retranscrit jusqu’en décembre 2013 les principaux articles de la presse européenne et internationale.

Ethique politique et corruption au Royaume-UniOuvrage collectif, sous la direction de David Fée et Jean-Claude Sergeant
Presses de l’université de Provence 01/2013Présentation de l’ouvrage
Pas plus que les autres États occidentaux, le Royaume-Uni n’est épargné par la corruption. Celle-ci n’est en fait qu’une composante marginale d’un phénomène plus large, baptisé Sleaze qui, depuis l’affaire Profumo (1963), englobe les frasques sexuelles de personnalités en vue, notamment du monde politique et sportif, les tractations financières opaques, le versement de pots-de-vin à des fins politiques ou commerciales.
C’est aux différentes manifestations – y compris écossaises et nord-irlandaises – de ce phénomène, dont l’amplification alimente l’apathie électorale et le populisme, qu’est consacré cet ouvrage.À propos des auteurs
• Maître de conférences à l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3, David Fée est spécialiste de civilisation britannique et, notamment, des politiques du logement en Grande-Bretagne. Il a consacré à cette question de nombreux articles et deux ouvrages.
• Ancien directeur de la Maison française d’Oxford, Jean-Claude Sergeant est aujourd’hui professeur émérite de l’université Sorbonne Nouvelle-Paris 3. Spécialiste de civilisation britannique, ses travaux portent principalement sur la vie politique et les médias au Royaume-Uni.

Informations complémentaires
The Bribery Act 2010 est la mise en conformité de la législation du Royaume-Uni avec la convention anti-corruption de l’OCDE, signée depuis le 7 Décembre 1997 et ratifiée depuis.
Quant à l’enquête et au rapport du juge Brian Leveson sur « la culture, les pratiques et l’éthique de la presse » au Royaume-Uni, il a trouvé sa place in extenso sur un site dédié. Le Monde Diplomatique en propose quelques extraits traduits.

Inventaire des lois, politiques et pratiques pour l’intégrité dans les affaires et la lutte contre la corruption dans vingt pays africains OCDE
01/2013Présentation de l’éditeur
Ce livre présente les résultats d’un exercice d’inventaire de l’intégrité des entreprises et politiques anti-corruption pour vingt pays en Afrique. Il est le résultat d’une initiative de collaboration entre l’OCDE et la Banque africaine de développement. Les pays couverts sont le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, l’Ethiopie, le Ghana, le Kenya, Madagascar, le Malawi, le Mali, la Mauritanie, le Mozambique, le Niger, le Nigeria, le Rwanda, le Sénégal, la Sierra Leone, l’Afrique du Sud, la Tanzanie, l’Ouganda et la Zambie.
Les gangsters de l’économie – Corruption, violence et pauvreté des nations Raymond Fisman, Edward Miguel, traduction d’Eric Fesneau
Éditions du Nouveau Monde05/2012Présentation de l’ouvrage
Analysant les contextes politiques et économiques de l’Afrique à l’Amérique du Sud, en passant par l’Asie et le siège des Nations unies, les auteurs proposent avec audace et originalité des solutions concrètes pour l’aide au développement. Ce livre, très accessible et souvent drôle, propose des méthodes originales et ingénieuses pour lutter efficacement contre la pauvreté et la misère économique, terreaux de la corruption, de la violence et de l’instabilité politique.À propos des auteurs
• Après avoir été consultant en Afrique pour la Banque mondiale, Raymond Fisman est aujourd’hui professeur à la Business School de Columbia, et il collabore au magazine Slate.
• Spécialiste du développement en Afrique, Edward Miguel est professeur d’économie à l’université de Californie, à Berkeley.

La criminalité économique et ses conséquences sur la PME africaine – Cas de la fraude, la corruption et l’arnaque David Fongang
Éditions L’Harmattan. Collection « Défense, stratégie et relations internationales »09/2011Présentation de l’éditeur
Les crimes économiques comme la fraude, la corruption et l’arnaque, font des ravages dans les PME qui, malgré ellse, sont au centre de toutes les convoitises. La criminalité économique et ses conséquences sur la PME africaine est un essai dont l’abondance et la richesse d’exemples concrets dévoilent les cruelles réalités de l’économie du crime. On peut en lire un extrait ici.
Armes de corruption massive. Secrets et combines des marchands de canonsJean Guisnel
Éditions La Découverte 06/2011Présentation de l’éditeur
Aujourd’hui, les transferts d’armements dans le monde s’élèvent à 50 milliards de dollars par an. Jean Guisnel propose dans ce livre un voyage inédit vers le côté obscur des industries d’armement. Grâce à des années d’enquête, il dévoile les ressorts de ce monde régi par le secret, et notamment le rôle de représentants de commerce très particuliers, qui agissent dans l’ombre : ces « facilitateurs » ont pour fonction de « huiler les rouages » en reversant aux décideurs une partie des sommes que leur État paiera pour acquérir des armes.
Le site de l’éditeur La Découverte propose une description détaillée du livre ainsi que quelques entretiens avec l’auteur.À propos de l’auteur
Après avoir participé à la création de Libération dont il fut journaliste, puis rédacteur en chef pendant vingt ans, Jean Guisnel est grand reporter au Point depuis 1996. Grand spécialiste français du renseignement, il a notamment co-écrit L’Histoire secrète de la Ve République (La Découverte, 2006).

Rapport anticorruption de l’UE Commission européenne/ Parlement européen
02/2014Présentation du rapport
La corruption reste un défi pour l’Europe. Elle n’épargne aucun État membre et coûte près de 120 milliards d’euros par an à l’économie de l’Union européenne. Le Rapport anticorruption de l’UE porte sur les vingt-huit États membres. Au sommaire :
• un chapitre général qui résume les principales conclusions, décrit les tendances en matière de corruption à travers l’UE, et analyse comment les États membres abordent ce phénomène dans le domaine des marchés publics ;
• vingt-huit chapitres, un par pays, qui donnent un aperçu de la situation en matière de corruption, recensent les éléments qui requièrent une plus grande attention, tout en mettant l’accent sur les bonnes pratiques susceptibles de servir d’exemple.Le rapport comprend également les résultats de deux enquêtes Eurobaromètre sur la perception de la corruption parmi les citoyens de l’Union, d’une part, et les entreprises, d’autre part.

Global Corruption Report: Education Transparency International
2013Présentation de l’ouvrage
Le nouveau rapport mondial de Transparency International montre que le secteur de l’éducation est gangrené par la corruption et suggère des solutions pour bâtir une génération de citoyens engagés contre la corruption. Pour Transparency International, il est plus que jamais nécessaire d’intensifier la lutte contre la corruption dans le secteur éducatif. S’il s’agit d’une part de garantir aux enfants une scolarité décente et de poursuivre les objectifs d’alphabétisation et de développement, l’enjeu est également de faire en sorte que la prochaine génération soit prête à élever la voix contre la corruption. Pour en savoir plus, télécharger le rapport ici.
Le rapport Corruption Perceptions Index 2013 (l’indice de perception de la corruption « IPC ») auquel fait référence l’émission est aussi disponible en ligne. Et cet Index fait l’objet d’infographies interactives sur un site dédié.
Transparency International France a consacré son rapport 2013 à « la lutte contre la corruption en France » et à la « Transparence de la vie publique » téléchargeable sur leur site.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s