Pétrole: l’Arabie saoudite contre le Texas et le Dakota du Nord

Par François d’Alançon

22/12/2014

Source : http://monde.blogs.la-croix.com

Les cheikhs contre le schiste, titrait début décembre l’hebdomadaire The Economist. Le bras de fer entre les monarchies pétrolières du Golfe et les pétroliers américains continue.

Lors d’un forum sur l’énergie à Abou Dhabi, dimanche 21 décembre, plusieurs intervenants ont accusé des pays non-membres de l’Opep d’avoir provoqué, par un excès de production, l’effondrement des cours du brut mais se disent confiantes que les prix vont rebondir. Les cours de l’or noir ont perdu environ 50% de leur valeur depuis la mi-juin, grevés par l’abondance de l’offre, le renforcement du dollar et la faiblesse de la demande dans un contexte de ralentissement de l’économie mondiale.

« Une des principales raisons (de la chute des prix) est la production irresponsable de certains producteurs hors de l’organisation (de l’Opep), dont certains sont de nouveaux venus » sur le marché, a accusé le ministre émirati l’Energie, Suhail al-Mazrouei, à l’ouverture à Abou Dhabi d’un forum sur l’énergie.

Le ministre saoudien du Pétrole, Ali al-Nouaïmi s’en est pris lui aussi aux pays non-membres de l’Opep. La chute des prix est due en partie à « un manque de coopération de la part des principaux producteurs hors Opep, à des informations erronées et à la cupidité des spéculateurs« , a-t-il martelé devant les participants en ajoutant que ces producteurs hors Opep finiraient par « réaliser l’importance de la coopération pour assurer des nouveaux prix équitables. »  Le ministre saoudien a prédit que « les producteurs à coûts élevés ne vont pas continuer à augmenter leurs extractions », dans une claire allusion au pétrole de schiste en Amérique du nord et s’est dit confiant dans un rebond des prix.

Fin novembre à Vienne, l’organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) avait décidé de maintenir à 30 millions de barils par jour (mbj) le plafond de production malgré les appels à une réduction de l’offre pour inverser la courbe baissière des prix. Le prix du baril de pétrole brut est passé de plus de 100 dollars l’été dernier à moins de 60 dollars aujourd’hui.

Pourquoi les Saoudiens laissent-il plonger le cours du pétrole?

Jusque là, la politique saoudienne avait toujours consisté à maintenir des prix élevés en limitant la production mondiale de pétrole.

Selon le Wall Street Journal, le changement de tactique saoudien se veut une réplique au boom de la production de pétrole et de gaz de schiste  aux Etats-Unis, perçu par les monarchies pétrolières comme une menace parce que contribuant à l’excédent de production.

Les États-Unis ont produit, en août, 8,6 millions de barils par jour. Du jamais vu depuis juillet 1986. L’Administration américaine d’information sur l’énergie (EIA) prévoit d’atteindre 9,5 millions de baril en 2015. Un record depuis le « peak oil » de 1970, année à partir de laquelle la production avait commencé à reculer. Le taux de dépendance américain au pétrole importé est tombé de 60 % en 2005 à 30 % aujourd’hui. Le marché mondial continue d’en être bouleversé, puisque le brut que les Américains n’importent plus, notamment des pays d’Afrique de l’Ouest (Nigeria, Angola), est réorienté vers l’Europe.

Faute d’un accord avec les pays producteurs hors OPEP comme la Russie et le Mexique pour réduire la production, les Saoudiens ont donc décidé de laisser plonger le prix du pétrole pour mettre en difficulté les pétroliers du Texas et du Dakota du Nord : combien de temps et jusqu’à quel niveau de prix ces derniers pourront-ils continuer à extraire leur pétrole de schiste sans faire faillite, ou, au minimum, réduire leurs investissements et donc, ralentir la croissance de la production. Plusieurs compagnies ont déjà coupé dans leurs budgets.

Selon le Wall Street Journal, en raison notamment des progrès de la technologie, l’extraction de pétrole de schiste continue à être  rentable, à un prix du pétrole aussi bas que 40 dollars le baril. D’autres experts situent ce seuil de rentabilité à 65/70 dollars le baril. Même dans l’hypothèse d’un crash, les innovations attendues dans la technique d’extraction pourraient susciter un rebond avec une nouvelle vague d’investisseurs.

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s