Le choc du présent selon Douglas Rushkoff

Par

03/06/2015

Source : http://echoradar.eu

Selon l’auteur de Present Shock : When Everything Happens Now, la surinformation chronique enferme les gouvernements et les sociétés dans une obsession du présent, assombrit leurs visions globales et dégrade leurs projections à long terme. Ce constat peut paraître évident mais Douglas Rushkoff, essayiste cyberpunk et théoricien des médias, dépeint audacieusement une évolution inquiétante et propose des solutions qui valent largement un doigté glissant sur Android/iOS…

douglas_rushkoff

Present Shock est un clin d’oeil au cultissime Future Shock écrit par le futurologue Alvin Toffler en 1970. L’ouvrage a tout l’air d’un blog couché sur papier et sa densité thématique n’est pas nécessairement prometteuse pour le rédacteur d’une synopsis. Mettons tout de même le pied à l’étrier…

Dans le sillage de ses homologues Nicholas Carr et Sherry Turkle, respectivement auteurs de The Shallows et de Alone Together, Rushkoff blâme la perfusion informationnelle qui confine les décideurs politiques et économiques à la gestion de crise permanente et à ses impératifs de communication instantanée, au détriment d’une vision globale, d’une articulation cohérente d’objectifs et donc de solutions à long terme. Noyée dans ce torrent d’informations réactualisées et amplifiées minute par minute, la société entière est en quête du « méta-moment ultime » et s’agite de facto dans un « présentisme » forcené.

Cas d’école en vrac : les révoltes arabes, l’affaire Snowden, la tragédie du vol MH17, l’épidémie du virus Ebola, les attentats de Charlie Hebdo, les sinistres succès de l’Etat Islamique…

Les technologies de l’information (Internet, smartphones, tablettes, télévision numérique, médias/réseaux sociaux) constituent le coupable idéal de cette détresse aussi addictive que contre-productive. Partageant son temps de cerveau disponible entre Youtube, Twitter, Facebook et la replay TV, le « médianaute » est de moins en moins influencé par des narrations paraboliques avec leurs débuts, milieux et fins, et se nourrit de plus en plus d’un mix d’informations et de récits échantillonnés et rééchantillonnés par ses soins.

Note de service : le lecteur, l’auditeur, le téléspectateur et l’internaute sont morts. Vive le médianaute !

D’une certaine façon, nous sommes nos propres « DJ Media » mais aussi nos propres trolls recherchant désespérement une partition audible… à l’instar des marques commerciales et des institutions politiques, les unes pataugeant dans la communication publicitaire et les autres dans la communication stratégique et l’influence; toutes confrontées à l’âpre concurrence des médias/réseaux sociaux. Rushkoff insiste : cette perfusion informationnelle ne fait qu’accroître l’entropie généralisée.

Le slogan « don’t believe the hype » (1) a littéralement acquis ces lettres de noblesse avec la prolifération des réseaux sociaux, des blogs et des pure players (Huffington Post, Slate, Medium, The Daily Beast, Politico, Mediapart, Rue89, Causeur, etc)… qui ne facilitent pas la tâche aux médias de masse – notamment la presse écrite – constamment tenus de déployer des trésors d’ingéniosité pour augmenter leurs abonnements/ventes et assurer leur survie.

Les technologies de l’information ont également consacré la dictature de la transparence : les marques commerciales doivent tout dire et tout révéler sur la réalité de leurs processus de fabrication. Toute firme prétendant jouer la carte écologique ou éthique (développement durable, énergies vertes, produits bio, normes du travail, commerce équitable, etc) doit être en mesure de le prouver à tout moment à la face du monde, et intégrer cette dimension dans son marketing. Tôt ou tard, un intrus ou un salarié filmera et diffusera les conditions de travail dans ses locaux en quelques clics. Craignant pour leur réputation, Apple a du en finir avec ses « esclaves » en Chine et Pepsi-Cola investir dans les usines à faible émission de carbone et de déchets.

present_shock_douglas_rushk

Les voraces consommations de contenus online et on air ont engendré de nouvelles formes de récits.

Oublions les monotones séries Star Trek, Dallas, Beverly Hills, Sex in The City, X-files et consort aux narrations un peu trop linéaires, paraboliques ou manichéennes. Désormais, le mal triomphe ou marque de gros points, le bien ne sait plus à quel saint se vouer et les vainqueurs se contentent d’un dangereux statu quo entre deux victoires à la Pyrrhus. Malheur à quiconque dormira sur ses maigres lauriers : « anyone can be killed » (2), avait froidement déclaré la petite Arya Stark à Lord Lannister.

Aujourd’hui, les narrations efficaces empruntent aux univers du fantasy et du jeu vidéo en ligne dans lesquels tout le monde est à la fois un héros et un vilain au coeur d’une bataille ou d’une quête perpétuelle. Les faramineux succès de The Wired, Game of Thrones, The Walking Dead, Mad Men et Breaking Bad – pour ne citer que ces séries TV – doivent énormément à leurs épiques narrations multiples sans cesse recommencées et reflètent à merveille les aspirations du médianaute et les évolutions des sociétés surinformées.

Le choc du présent affecte considérablement la conduite des mouvements politiques et sociaux alors noyés dans un environnement hautement défavorable. Les leaders d’opinion parviennent difficilement à cristalliser et à entraîner durablement les foules connectées vers un objectif clair et précis, pour peu qu’ils réussissent à le définir. La preuve par l’échec cuisant du mouvement Occupy Wall Street… qui aurait du prendre de la graine auprès du Tea Party ? Le premier recherchait un consensus révolutionnaire contre Wall Street (qui spécule à court terme avec ses traders algorithmiques plutôt qu’investir dans l’avenir) tandis que le second a lentement mais sûrement pesé sur l’échiquier politique américain et a provoqué la fermeture administrative du gouvernement fédéral pendant plusieurs semaines.

À l’ère de la surinformation chronique, Martin Luther King ne ferait qu’engranger des abonnés sur Twitter/Facebook plutôt que marcher avec les foules afro-américaines sur Washington, et le voyage sur la Lune selon JFK ne serait qu’un superbe blog plutôt qu’une aventure technologique d’une décennie.

Cette probabilité typique d’un esprit cyberpunk m’a soudainement fait réfléchir sur les actualités internationales.

Le cynisme ou le laxisme de Washington et de Bruxelles en matières de politique étrangère et de sécurité/défense est souvent invoqué par leurs fervents détracteurs. Qu’en est-il de la surinformation chronique et de la paralysie du présent face aux avancées du djihad au Moyen-orient et en Afrique, de la négociation d’un accord nucléaire avec l’Iran, de la redistribution des cartes stratégiques dans le monde arabe/musulman, de la guerre froide 2.0 contre une Russie résurgente et une Chine émergente et les interminables déboires de l’Euroland ?

Ces « nouilles de crises » produisent aléatoirement des à-coups qui soumettent les décideurs politiques au feu des critiques et au poids de l’émotion. Dans de telles conditions, la sensiblerie, la susceptibilité, la frustration, la maladresse, la colère, l’hyper-réactivité et la terreur ne laissent qu’une petite marge aux approches pondérées et aux visions globales. Ne surestimons pas les chancelleries quand Twitter et Youtube deviennent une arène politique et diplomatique…

En résumé, Alvin Toffler décrivait la désorientation croissante de nos sociétés dans un futur en accélération constante, Douglas Rushkoff décrit la paralysie progressive du futur dans nos sociétés surinformées.

Victimes directes du choc du présent, les citoyens exigent des résultats rapides de leurs élus et n’ont plus aucune idée de l’échelle de temps historique nécessaire à l’action économique, sociale ou stratégique, et aux fonctions régaliennes. Notre vision du temps se réduira-t-elle à celle d’une session de jeu vidéo ou d’un fil de discussion sur un réseau social ? Que faire contre cette dérive qui semble aussi généralisée qu’irréversible ?

L’essayiste cyberpunk suggère aux décideurs politiques, aux marketeurs et aux médias de s’intéresser de plus près aux usages courants dans les univers de la technologie, du jeu vidéo et du fantasy.

Lors de son lancement en « grande pompe », Healthcare.gov ou le site Web de l’Obamacare, accusa de nombreux bugs qui firent les choux gras du Tea Party et des médias. L’administration Obama aurait peut-être du s’inspirer des versions bêta d’applications ou de services en ligne qui sont améliorées par itérations successives, parfois annoncées dans des keynotes très attendues par les utilisateurs. Ainsi, l’Obamacare impliquerait ses souscripteurs dans son évolution permanente.

Dans la même veine, les grandes puissances devraient forger des stratégies de défense/sécurité, de communication et d’influence qui ne soient point assorties d’options pour des victoires finales et définitives a fortiori lorsqu’il s’agit de « franchises » terroristes et résilientes comme l’Etat islamique et Al-Qaïda. Toute initiative militaire contre un groupe terroriste serait considérée non pas comme une solution générique mais comme la « version d’essai » d’une solution parmi tant d’autres, à l’image de la combinaison d’infanterie légère kurde et d’aviation alliée qui fit mouche contre l’Etat islamique à Kobané.

Le réchauffement climatique, les virus mutants, le chômage, la pauvreté, la faim, la spéculation financière, l’insécurité urbaine, le trafic de drogue, le (cyber)crime organisé, les extrémismes politiques, les revendications / tensions identitaires et le terrorisme sont des risques endémiques et des menaces résilientes qui ne seront jamais annihilés une bonne fois pour toutes… et perdureront d’autant plus que la surinformation augmente l’entropie généralisée dans un cercle vicieux.

On ne peut planter de drapeau flottant sur leurs décombres et crier victoire mais on peut probablement « contenir le mal ou limiter la casse » avec des solutions à moyen/long terme qui soient à la fois novatrices, expérimentales, ouvertes et évolutives; et de surcroît « vendues et communiquées » comme telles dans la mesure du possible. Vaste programme.

Un malheur ne venant jamais seul, Douglas Rushkoff avoue une addiction aux technologies et un déficit récurrent d’attention qui a perturbé la rédaction de son ouvrage. Il en de même pour le blogueur qui a grandement apprécié l’approche novatrice et le style accrocheur de son choc du présent et doit immédiatement savoir pourquoi son smartphone a vibré trois fois en moins d’une minute…

(1) Ne croyez pas la publicité / la version officielle

(2) N’importe qui peut être tué

Electrosphère

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s