Yémen, silence on tue !

Article original : «  Can Yemenis escape  ?  », OpenDemocracy, 11 décembre 2015.

Par Helen Lackner

15/12/2015

Source : http://orientxxi.info

 

La guerre menée par air et par mer contre le Yémen touche-t-elle à sa fin ? Une deuxième série de « pourparlers de paix » est prévue en Suisse à partir du 15 décembre, sous l’égide de l’ONU. Retour sur la tragédie d’un peuple qui subit, outre les bombardements, le blocus de la coalition menée par l’Arabie saoudite et qui, dans l’incapacité de fuir le pays, est menacé par les épidémies et la famine.

La guerre menée par air et par mer contre le Yémen touche-t-elle à sa fin ? Une deuxième série de « pourparlers de paix » est prévue en Suisse à partir du 15 décembre, sous l’égide de l’ONU. Retour sur la tragédie d’un peuple qui subit, outre les bombardements, le blocus de la coalition menée par l’Arabie saoudite et qui, dans l’incapacité de fuir le pays, est menacé par les épidémies et la famine.

Fixer les termes d’une réunion entre les parties en conflit a pris près de 6 mois à Ismail Ould Cheikh Ahmed, le nouvel envoyé spécial du secrétaire général des Nations unies. Bien qu’il ait dû faire face au travail de sape de son prédécesseur et au faible soutien des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU, sa nomination a été acceptée par le Conseil de coopération du Golfe (CCG) en grande partie parce qu’il était considéré comme faible et inefficace. Il a travaillé dans des conditions loin d’être idéales : parvenir à un accord sur une réunion est déjà une réalisation importante, étant donné la réticence des parties belligérantes et de l’environnement international. Ceci dit, personne n’attend grand chose — peut-être même rien — de ces pourparlers. Mais l’espoir fait vivre tous ceux qui ont des amis ou de la famille au Yémen.

Le Yémen n’est pas seulement victime d’une guerre civile meurtrière entre des factions vaguement alignées sur le soi-disant gouvernement «  légitime  » d’une part et sur l’ancien président Ali Abdallah Saleh et ses alliés houthis de l’autre. Cet affrontement a été considérablement aggravé par l’intervention étrangère ouverte. C’est une guerre par procuration menée par les États arabes du Golfe dirigés par un nouveau,jeune et belliciste leadership en Arabie saoudite, qui insiste sur le fait que le Yémen est le terrain d’une lutte à mort contre son rival l’Iran pour la domination politique dans la péninsule Arabique.

L’implication iranienne est cependant surestimée. Téhéran n’a ni sponsorisé, ni même soutenu les houthistes la plupart du temps. C’est une guerre que mène la coalition du Golfe dirigée par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis  ; elle comprend tous les États du CCG à l’exception d’Oman, et plusieurs autres États arabes et africains dont la motivation est étroitement liée à une volonté de garantir un soutien financier des États du CCG.

Ayant mécontenté les États du CCG avec l’accord sur le nucléaire iranien, les États-Unis et les autres États occidentaux ont aidé ce dernier en abdiquant toute faculté critique, sans parler de leurs propres engagements quant au Traité sur le commerce des armes (TCA) et d’autres aspects du droit international humanitaire. Ils ont continué à fournir armes et munitions à la coalition — y compris des bombes à fragmentation dont ils savent qu’elles sont utilisées contre des civils. Ils n’ont ainsi émis que de timides critiques des frappes aériennes de la coalition ou des bombardements opérés par l’alliance houthis/Saleh sur les installations humanitaires, même après la destruction de deux hôpitaux gérés par l’organisation humanitaire universellement respectée qu’est Médecins sans frontières (MSF), en plus d’un total de 69 autres installations médicales frappées depuis mars 2015.

Des habitants privés de tout

En 2011, l’économie du pays s’était déjà largement effondrée, avec plus de 54 % de la population officiellement sous le seuil de pauvreté. Les ressources en eau s’épuisaient, la sécheresse détruisait une agriculture déjà limitée, le taux de chômage était extrêmement élevé  ; le tout aggravé par la rapide croissance de la population. Le soulèvement populaire de 2011 a démontré que l’espoir pouvait triompher de conditions difficiles. Mais il a été vite déçu quand les diverses élites se sont engagées dans la lutte, soutenues par une communauté internationale qui voulait bien un changement de leadership, mais pas une transformation en profondeur des équilibres sociaux, politiques ou économiques, sans même parler d’une réforme réelle des forces militaires et de sécurité.

En août 2015, le chef du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) faisait remarquer qu’après 5 mois de guerre, la situation au Yémen était aussi mauvaise qu’en Syrie après 4 ans de conflit. En décembre, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), plus de 15 millions de Yéménites (plus de 58 % des 26 millions d’habitants) n’ont pas accès aux services médicaux, 20 millions (77 %) à l’eau potable et aux sanitaires  ; toutes les conditions sont réunies pour des épidémies. Alors que le nombre de décès officiellement enregistrés depuis mars a dépassé 5 700, ce chiffre ne représente que ceux qui sont morts dans des structures hospitalières. De la même manière, les 27 000 blessés recensés sont uniquement ceux qui ont réussi à atteindre un centre médical.

Toutes les parties en conflit empêchent les aliments de base et les fournitures médicales d’atteindre ceux qui vivent dans les zones sous le contrôle de leurs adversaires, ce qui rend dramatiques les conditions de vie de la grande majorité de la population. Le «  blocus  » empêche la livraison de nourriture et de carburant, affectant principalement les citoyens ordinaires.

L’humanitaire sous contrôle

L’ONU et ses agences humanitaires tentent d’aider. Mais selon leurs propres chiffres, il ne touchent que 11,6 millions de personnes, alors que 21,2 millions sont dans le besoin. Un deuxième appel à contribution de 1,6 milliard de dollars pour cette année n’a été couvert qu’à 49 % à la fin de novembre. L’essentiel de ce financement provient des États du CCG, qui ciblent leur aide pour l’empêcher d’arriver dans les zones contrôlées par les «  rebelles  ». En avril, le principal bailleur de fonds qu’est l’Arabie saoudite s’est immédiatement engagé à financer les 274 millions de dollars demandés par l’ONU. Pour cela, elle a créé le King Salman Center for Relief and Humanitarian Aids (Centre du roi Salman pour l’aide humanitaire) pour gérer le décaissement de ces fonds et décidé que chacune des principales agences onusiennes aurait à signer un ou plusieurs protocoles séparés d’entente. Ces procédures ont évidemment retardé la livraison de l’aide, malgré les déclarations emphatiques des chefs des agences de l’ONU à la réception de chaque chèque.

En l’absence de moyen légitime de gagner de quoi survivre, les Yéménites sont plus que jamais dépendants de leurs amis et parents à l’étranger. Un tel soutien est néanmoins très difficile parce que le système bancaire international refuse assez fréquemment d’opérer des transferts au Yémen. Pendant ce temps, les prix de tous les aliments de base flambent : depuis mars, ils ont augmenté en moyenne de 57 % pour le blé, 74 % pour les oignons, 325 % pour le gaz de cuisine, 287 % pour le diesel et 274 % pour l’essence. La situation est pire encore dans les zones de front (Taiz, AlBaida, Mareb et Jawf) et les régions les plus éloignées des ports. Le coût prohibitif du transport des marchandises par bateau et par route est un obstacle supplémentaire. Dans ce contexte, l’annonce d’une famine imminente n’est pas surprenante. La pénurie d’eau est encore plus grande que celle de nourriture, le diesel étant essentiel pour une grande partie du pompage de l’eau.

«  Après moi le déluge  »

Dans le même temps, la situation sur le terrain continue de se détériorer. Le 6 décembre, le général Jaafar Saad, le gouverneur nouvellement nommé d’Aden et son escorte ont été tués par une voiture piégée  ; attentat attribué à l’organisation de l’État islamique (OEI). Saad était très respecté par la population qui lui faisait confiance pour améliorer la sécurité et la gouvernance dans la ville. Ces trois dernières années, un grand nombre de fonctionnaires de rang moyen, militaires ou civils, qui s’étaient engagés à améliorer les conditions de vie déplorables de la population, ont été menacés et beaucoup ont été assassinés. Qui est derrière ces assassinats  ? Quels intérêts servent-ils  ? Ceux qui veulent voir le pays sombrer encore plus dans l’anarchie, le chaos et l’agitation. Cela inclut Al-Qaida et l’OEI, mais aussi Saleh dont la politique, depuis qu’il a été obligé de renoncer à la présidence en 2012 a été «  après moi le déluge  ». Et il a démontré, malheureusement avec succès, que sans lui le pays s’effondrerait. Son rôle négatif a été explicitement mentionné dans un récent rapport du Comité des sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU]. Pour ajouter aux malheurs de la population, deux cyclones d’une ampleur sans précédent ont frappé le pays en novembre.

Nulle part où aller

S’échapper vers des pays voisins est devenu très compliqué. L’accès à l’Arabie saoudite a été sévèrement restreint depuis 1990, avec un mur en cours de construction le long de la majeure partie de la frontière entre les deux pays. Et, depuis que la guerre a commencé, seuls quelques postes-frontières ont été ouverts  ; certains Yéménites y sont admis au compte-gouttes — principalement ceux qui sont originaires du Sud. De nouveaux règlements ont permis à de nombreux migrants illégaux yéménites en Arabie saoudite de régulariser leur situation, mais ces changements sont plus une mesure de contrôle que le résultat d’une volonté humanitaire de soulager la souffrance. Selon l’ONU, 30 000 Yéménites sont entrés en Arabie saoudite entre mars et la fin novembre.

La frontière avec Oman a été bouclée par une clôture construite dans les années 1970 pour empêcher l’infiltration d’armes et de soutien aux Front populaire pour la libération d’Oman (FPLO), une insurrection marxiste-léniniste qui a été écrasée en 1975. Seuls 500 Yéménites ont été autorisés à entrer à Oman, alors que 50 500 ressortissants de pays tiers l’ont été  !

Le voyage par la mer attirait peu au cours des dernières années, alors que des Somaliens, des Éthiopiens et des Érythréens se réfugiaient au Yémen pour fuir leurs propres guerres civiles, les sécheresses dues au climat et la famine. La traversée est extrêmement dangereuse. L’écrasante majorité des près de 30 000 personnes qui sont allées en Somalie sont des Somaliens, mais plus de 3 000 Yéménites les ont suivis, tandis que Djibouti en recevait plus de 16 000. Globalement, le nombre total de ceux qui ont quitté le Yémen est proche de 170 000, mais seulement 52 000 d’entre eux sont yéménites.

Le voyage vers les États occidentaux est particulièrement difficile depuis de nombreuses années, dans certains cas depuis des décennies en raison de contraintes générales sur la circulation des personnes pauvres dans le monde. Dans le cas présent, la difficulté est d’autant plus grande du fait de la «  menace  » posée par une poignée d’islamistes armés. Pourquoi ou comment un nombre insignifiant de tentatives infructueuses de faire sauter des avions ont-elles été utilisées pour diaboliser et punir l’ensemble de la population d’un pays  ? C’est une question rarement posée par nos services d’immigration et nos dirigeants politiques. Mais le résultat est que la plupart des Yéménites ne tente même pas de venir en Europe ou aux États-Unis. Et la dernière suggestion du candidat américain à l’investiture républicaine Donald Trump selon laquelle «  tous les musulmans devraient être empêchés d’entrer aux États-Unis  » n’est qu’une insulte raciste supplémentaire qui, malheureusement, augmente les perceptions négatives des musulmans.

Jusqu’à récemment, les Yéménites pouvaient voyager sans visa vers la Jordanie, la Syrie, l’Égypte et la Malaisie. On peut penser que peu auraient choisi d’aller en Syrie, où la guerre est pire qu’au Yémen. L’Égypte, où résident déjà de nombreux Yéménites, ne fournit pas un climat propice et a récemment restreint l’entrée sans visa aux Yéménites de plus de 45 ans ou de moins de 13 ans. Dernières d’une série décourageante, les autorités jordaniennes sont revenues sur leur approche hospitalière. Où est l’ambassade de Jordanie au Yémen  ? A-t-elle encore un service de visas accessible aux personnes  ? Seule celle de la Malaisie reste ouverte, mais pour combien de temps  ? Alors, que doivent faire les Yéménites  ? Fermer les portes de leurs maisons et mourir lentement de faim et de soif  ? Essayer de monter dans les bateaux et rejoindre l’Afrique  ? Affronter les champs de mines à la frontière de l’Arabie saoudite et se déplacer en masse, à la façon dont les Syriens se dirigent maintenant vers l’Europe  ? Reste-t-il un sens de l’humanité et de solidarité dans le monde  ?

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s