Le tragique essor du business des rapts d’enfants à Madagascar en 2015

Source : https://fr.globalvoices.org/2015/12/31/193380/

31 Dec 2015

Pauvreté endémique et insécurité empêchent beaucoup de Malgaches d’envisager un avenir proche plus brillant pour leur pays. Dans les conditions économiques actuelles, des criminels ont trouvé un gagne-pain sordide : l’enlèvement d’enfants.

Madagascar connaît depuis deux ans une brutale progression des enlèvements suivis d’extorsion. Les témoignages de calvaires glaçants se multiplient sur les forums et blogs malgaches.

Voici l’histoire d’Annie et Arnaud, telle que la raconte B. Nguma, un habitant de Toamasina à Madagascar, sur le blog Housseina Writing :

Il y a quelques semaines, Annie et Arnaud, 2 enfants d’un opérateur dans le secteur du bois, ont été kidnappé à Tamatave. Les ravisseurs réclamaient une rançon de 3 millions d’euros en lançant plusieurs avertissements mais les parents des enfants n’ont pas les moyens de les payer. Les négociations étaient au point mort, mais un rebondissement macabre vient de transformer ce kidnapping en mise à mort. Annie, âgée de 14 ans, a été retrouvé morte à proximité de sa maison. Les premières analyses montrent qu’elle a été torturée pendant des heures avec un étranglement qui aurait provoqué sa mort. Les autorités tentent de retrouver Arnaud, mais la mort d’Annie laisse craindre le pire.

LIRE LA SUITE

Publicités

My name is Sweetie, I’m not real…

Par Cyberland

25/10/2014

Source : http://cyberland.centerblog.net

My name is Sweetie, I'm not real...

Sweetie est une fillette philippine virtuelle de 10 ans qui travaille jours et nuits pour une excellente cause, celle de la lutte contre la cyber-pédophilie.

Grâce à Sweetie, un citoyen australien de 37 ans, récidiviste, vient d’être condamné à un an de prison pour avoir mené des conversations obscènes avec la fillette virtuelle sur internet.

Le programme Sweetie a été crée et est exploité par l’organisation néerlandaise Terre des Hommes – Amsterdam avec un objectif clair : traquer les pédophiles sur le web à l’aide d’un cyber-appât réaliste nommé Sweetie. Le programme Sweetie étonne ses concepteurs par son efficacité : il a en effet permis d’identifier plus de 1000 pédophiles en seulement deux mois d’activité sur les réseaux fréquentés par les pédophiles. Sweetie infiltre les chats – forums spécialisés et enregistre les vidéos et les données de conversations des « prédateurs » piégés. L’équipe de Terre des Hommes qui supervise Sweetie transmet ensuite ces données aux services de police compétents.

Le Président du programme, Raffaele Salinari a révélé dernièrement que Sweetie avait interagi en 2013 avec plusieurs dizaines de milliers de pédophiles répartis dans 72 pays !

Les premières condamnations interviennent en 2014.

Lors de la première procédure « Sweetie », le juge a estimé que l’infraction était semblable à ce qui pourrait être commis sur un enfant réel. La portée de cette appréciation de justice doit être soulignée. Le délit commis sur une entité virtuelle a été jugé selon un contexte réel. Il est facile d’imaginer les futurs débats qui ne manqueront pas d’intervenir chez les juristes.

controle-de-Sweetie.jpg

L’organisation Terre des Hommes s’est fixé l’objectif de diminuer le volume du tourisme sexuel impliquant des enfants sur internet. Selon l’ONG, des dizaines de milliers d’enfants sont victimes de prédateurs sexuels chaque année dans le monde. Les Nations Unies et le FBI ont estimé qu’environ 750 000 pédophiles utilisent internet régulièrement pour rechercher de jeunes proies…

Devant l’efficacité du système Sweetie, il faut souhaiter que l’ensemble des services de police se dotent d’infrastructures similaires qui permettront d’obtenir un effet de seuil. Ce seuil peut créer une cyberdissuasion auprès des prédateurs sexuels et réduire les statistiques sordides présentées par le FBI. Sur le plan strictement systémique, on notera que le programme Sweetie traverse très largement l’Uncanny Valley, cette zone mystérieuse en robotique dans laquelle l’utilisateur humain éprouve du dégoût et un rejet du bot avec lequel il interagit. Ce n’est manifestement pas le cas des pédophiles avec Sweetie…

http://cyberland.centerblog.net/119-traverser-uncanny-valley

Le réalisme de la structure 3D de Sweetie, le rendu d’image, les textures et la parfaite simulation des mouvements du visage évitent cette zone d’Uncanny Valley et fournissent ainsi un cyberpiège de grande qualité. Le programme Sweetie entre pleinement dans la catégorie des cybermanipulations positives qui contribuent à « nettoyer » l’internet. J’aurai d’ailleurs l’occasion d’évoquer le sujet lors d’une prochaine conférence sur le big data.

Pour conclure, ne peut-on pas imaginer une extension du programme Sweetie à d’autres contextes que celui de la pédophilie ? Je pense en particulier à la radicalisation de certains adolescents par fréquentation de réseaux djihadistes ou à l’embrigadement sectaire résultant d’interactions cyber. Un mécanisme proche de celui de Sweetie pourrait devenir rapidement pertinent.

 

Liens

https://www.youtube.com/watch?v=aGmKmVvCzkw

http://www.news.com.au/national/queensland/sweetie-sting-nabs-brisbane-sex-offender-scott-robert-hansen/story-fnj4alav-1227098259997

terredeshommes.org/sweetie-first-conviction/ »>http://www.terredeshommes.org/sweetie-first-conviction/

http://www.bbc.com/news/technology-2968899

L’enfance sous contrôle

Réalisation : Marie-Pierre Jaury

Source : http://www.arte.tv

La délinquance est-elle une maladie dépistable dès le plus jeune âge ? Comment, avec le renfort des neurosciences et de la psychiatrie, nos sociétés mettent l’enfance sous surveillance.

En France, en 2005, un rapport de l’INSERM intitulé « Les troubles de conduite chez l’enfant et l’adolescent » suscite un tollé chez une partie des professionnels de la santé mentale et de l’enfance. Ceux-ci accusent l’organisme de prôner la mise sous surveillance généralisée des tout-petits (dès l’âge de 3 ans), sous l’influence de la psychiatrie comportementaliste anglo-saxonne, légitimant ainsi une idéologie sécuritaire en pleine expansion. Car il s’agit aussi de repérer les futurs délinquants potentiels afin de prévenir ce qu’un député appelle leurs « comportements déviants ». Une vision qui détermine déjà les politiques sanitaires et sociales dans des pays aussi variés que le Canada (Québec compris), l’Allemagne ou la Grande-Bretagne.

  • Origine : ARTE F
  • Pays : France
  • Année : 2009