L’ÉGYPTE D’AL-SISSI

Source : http://ddc.arte.tv/nos-cartes/l-egypte-d-al-sissi

Janv 2016

Le maréchal Abdel Fattah al-Sissi est arrivé au pouvoir en 2013, à la suite d’un coup d’État dirigé contre le Frère musulman Mohammed Morsi. Aujourd’hui, toute forme d’opposition politique est quasiment interdite dans le pays. Alors comment Sissi assoit-il la légitimité de son pouvoir, à l’intérieur et à l’extérieur de l’Égypte ?

La population égyptienne

La population égyptienne

Le pays fait 1 million de km². Et avec 87 millions d’habitants en 2015, c’est le pays le plus peuplé du monde arabe. 95 % des Égyptiens sont de religion musulmane, presque tous appartiennent à la branche sunnite. Et on compte également 5 % de coptes, c’est-à-dire des chrétiens.

LIRE LA SUITE

L’UE va assouplir ses restrictions sur l’importation des produits alimentaires de Fukushima.

Source : http://www.vivre-apres-fukushima.fr/lue-va-assouplir-ses-restrictions-sur-limportation-des-produits-alimentaires-de-fukushima/

12 Janv 2016

Traduction d’un article du Japan Times du 9 janvier 2016

Kyodo
Le ministre japonais de l’agriculture a annoncé que l’Union Européenne va commencer samedi à assouplir les restrictions imposées aux importations de produits alimentaires japonais à cause du désastre nucléaire de Fukushima; y compris les légumes et la viande produits dans cette préfecture.

Tsuyoshi Takagi, ministre du cabinet en charge de la reconstruction concernant le tremblement de terre, le tsunami et la crise nucléaire de Mars 2011, a salué la décision de l’Union Européenne. Jusqu’à présent, tous les produits alimentaires en provenance de Fukushima, à l’exception des boissons alcoolisées devaient être expédiées accompagnées d’un certificat de test de radioactivité.

Selon le ministre de l’agriculture, cette exigence sera supprimée pour les légumes et les fruits, car leur niveau de radiations en 2013 et 2014 n’a jamais dépassé le niveau autorisé; à l’exception des kakis, des produits de l’élevage, du thé et des soba [Les soba sont un mets japonais fait de farine de sarrasin. Avec les udon et les rāmen, ce sont les pâtes les plus consommées au Japon.].

D’autres aliments originaires de la préfecture, comme le riz, les champignons, le soja et certains produits de la pêche -sauf les pétoncles, les algues et les poissons vivants- resteront soumis à l’obligation des tests de radioactivité.

LIRE LA SUITE

Ce que la censure réserve aux Russes en 2016

Source : https://fr.globalvoices.org/2016/01/02/193414/

02 Jan 2016

Alexander Zharov n’est généralement pas considéré comme faisant partie des plus influents représentants de l’Etat russe, mais il est à la tête de Roskomnadzor, l’agence gouvernementale chargée de réguler et de censurer les médias (internet y compris). Par le passé, Zharov était supplanté dans les médias par son propre représentant, Maxim Ksenzov, qui a fait les Unes des journaux après diverses plaintes et accusations controversées, comme une remarque faite en mai 2014, lorsque Ksenzov a affirmé que les régulateurs pouvaient bloquer Twitter ou Facebook “en quelques minutes”.

Le 25 décembre, toutefois, Ksenzov a annoncé officieusement qu’il quitterait son poste au début du mois de janvier. Quatre jours plus tard, Zharov s’est lancé sous les feux des projecteurs en accordant un long entretien au site d’information Gazeta.ru, donnant ainsi aux Russes un avant-goût de ce qui les attend en 2016 de la part de leur censeur national d’internet.

L’interview couvre tous les domaines. Zharov évoque les frictions entre Roskomnadzor et Wikipédia (qui a résisté aux efforts déployés par le gouvernement russe pour censurer des articles sur les drogues illégales), les proxys anonymiseurs, l’emploi des mots “ISIL” et “Daesh”, et la nomination de German Klimenko, nouveau conseiller internet de Vladimir Poutine. Ci-dessous, nous vous fournissons un résumé détaillé des trois sujets abordés par Zharov avec Gazeta.ru : évaluer la normalité de la censure médiatique russe, mesurer le succès de la censure russe et réguler le marché russe des applications de messagerie pour téléphones.

LIRE LA SUITE

Nouvelles technologies : les doléances des juges antiterroristes

Source : http://www.nextinpact.com/news/97874-nouvelles-technologies-doleances-juges-antiterroristes.htm

30 Dec 2015

Après les attentats du 13 novembre, une mission de suivi de l’état d’urgence a été lancée au Sénat. À cette occasion, plusieurs juges antiterroristes ont fait état des problèmes rencontrés dans leur quotidien face aux évolutions technologiques.

Dans cet échange organisé le 9 décembre dernier, et désormais retranscrit sur le site du Sénat, Laurence Le Vert, première vice-présidente chargée de l’instruction à la section antiterroriste et atteintes à la sûreté de l’État au tribunal de grande instance de Paris, et David Bénichou, vice-président chargé de l’instruction à la section antiterroriste et atteintes à la sureté de l’État au TGI de Paris ont ainsi fait part de leur doléance.

« L’évolution des technologies pose problème, expose la magistrate. Pour les djihadistes, c’est une arme de guerre. Pour nous, c’est un risque de destruction de nos procédures ». Pourquoi ? Tout simplement parce que « la majeure partie des preuves est issue de supports divers, téléphones, tablettes, disques durs, DVD, clefs USB et cartes SD ainsi que des interceptions de flux internet et téléphoniques ». Or, le Code de procédure pénal oblige « la mise à disposition de l’intégralité du contenu du dossier à la défense des parties », le dossier d’instruction devant être « à tout moment complet, lisible et accessible. »

LIRE LA SUITE

La Thaïlande en fait-elle assez pour éradiquer l’esclavage dans son industrie de la pêche ?

Source : http://www.equaltimes.org/la-thailande-en-fait-elle-assez?lang=en

22 Dec 2015

L’ami de Soe Min, comme lui un migrant birman et un pêcheur, a commis l’erreur fatale de laisser un poulpe retomber dans la mer.

« Le commandant thaïlandais s’est emparé d’un tuyau en fer et la frappé. Il a levé la main pour se protéger du premier coup et a eu la main brisée. Un deuxième coup lui a brisé l’omoplate.

« Puis il l’a frappé à cet endroit », poursuit Soe Min, indiquant l’arrière de sa tête.

« Le commandant a laissé tomber le tuyau, s’est lavé les mains et est remonté dans la timonerie. Il a donné ordre à l’équipage de le jeter par-dessus bord. Nous avons vu qu’il était encore en vie.

« Lorsqu’il est retourné à la timonerie, le commandant a crié dans le haut-parleur : « Qu’est-ce que vous regardez bande de merdeux ? Retournez au travail ! Si vous tenez à finir comme lui, conduisez-vous comme lui ! »

Ce meurtre n’était qu’un des nombreux cas similaires que Soe Min et d’autres pêcheurs migrants birmans comme lui m’ont relatés en 1998, alors que je tournais une série de documentaires pour la Fédération internationale des ouvriers du transport (Abandoned, Not Forgotten]) et Al Jazeera (Murder at Sea).

LIRE LA SUITE

Sortir de l’état d’urgence

Source : http://www.laquadrature.net/fr/Sortir%20de%20l’%C3%A9tat%20d’urgence

17 Dec 2015

Paris, le 17 décembre 2015 — Après l’appel « Nous ne céderons pas ! », une centaine d’organisation ont rendu public le texte « Sortir de l’état d’urgence » au cours d’une conférence de presse, le 17 décembre 2015.

En réaction à l’horreur des attentats, l’état d’urgence a été décrété par le gouvernement, puis aggravé et prolongé pour une durée de trois mois. Nos organisations ont immédiatement exprimé leurs craintes vis-à-vis de ce régime d’exception ; ces craintes sont aujourd’hui confirmées par l’ampleur des atteintes aux libertés constatées depuis quelques semaines. Nous assistons à un véritable détournement de l’état d’urgence qui cible également des personnes sans aucun lien avec des risques d’attentat. Ces abus doivent cesser.

La volonté de se rassembler et de manifester ensemble a prévalu après les attentats commis à Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher de Vincennes, en janvier 2015. Elle prévaut encore. Or, depuis le 13 novembre 2015, les interdictions visant les mobilisations sur la voie publique se multiplient. Manifester n’est plus un droit, et les rares concessions accordées par les préfectures, qui attendent souvent le dernier moment pour informer de leurs intentions, entravent dans les faits son exercice.

LIRE LA SUITE

Les femmes saoudiennes ont voté pour la première fois, et veulent plus de droits

Source : https://fr.globalvoices.org/2015/12/21/193204/

21 Dec 2015

Vingt-et-une femmes ont emporté un siège aux élections municipales en Arabie Saoudite, le premier scrutin du pays jamais ouvert aux électrices et candidates. Quelque 900 femmes concouraient contre 6.000 candidats hommes pour 2.100 sièges dans 284 conseils municipaux, compétents en matière d’affaires locales, comme les jardins publics, l’assainissement et la collecte des ordures. 1.050 autres conseillers municipaux étaient nommés, parmi lesquels on attendait aussi des femmes.

Cette élection historique s’est déroulée samedi 12 décembre. 130.000 femmes étaient inscrites sur les listes électorales et 978 étaient candidates. Grande nouvelle pour les femmes saoudiennes, un moment exceptionnel dans un pays ultra-conservateur où les femmes n’ont pas le droit de conduire leur propre voiture et sont soumises à des lois leur imposant une tutelle masculine. Le nombre de 130.000 inscrites est à comparer aux 1,3 millions d’hommes. La participation a été estimée à 47 pour cent.

LIRE LA SUITE

Evasion fiscale : le couac du gouvernement

Les députés avaient voté un amendement permettant de lutter contre l’optimisation fiscale. Le gouvernement a exigé dans la nuit un deuxième vote pour retoquer la mesure.

C’est une grande leçon de démocratie parlementaire. Et une belle occasion manquée. C’est aussi la sempiternelle séquence qui risque d’alimenter les déçus de la politique pour qui le gouvernement se paie de mots mais se passe d’actions marquées à gauche. En cette période de disette budgétaire, la lutte contre l’évasion fiscale a pourtant bonne presse, notamment du côté du gouvernement. L’Etat veut s’attaquer à cette mécanique financière par laquelle une poignée de multinationales s’en mettent plein les poches au détriment du plus grand nombre de contribuables qui, eux, paient leurs impôts là où ils travaillent.

Vendredi 4 décembre, dans le cadre du projet de loi de finances rectificatif, les députés franchissent un pas décisif. Cette fois, la manne financière des multinationales est à portée des caisses de l’Etat. Les députés adoptent une mesure de transparence fiscale, la publication du reporting pays par pays : il sera bientôt possible de savoir si les entreprises payent leurs impôts là où elles exercent leurs activités, et non dans des paradis fiscaux où leur présence se réduit souvent à des boîtes aux lettres.

LIRE LA SUITE

16 DEC 2015 , SOURCE

Face au capital bureaucratique européen. Entretien avec Sylvain Laurens

Par Sylvain Laurens, propos recueillis par Cédric Durand

04/12/2015

Source : http://www.contretemps.eu

Avec Les courtiers du capitalisme (Agone, 2015), le sociologue Sylvain Laurens nous plonge au cœur de la fabrique politique de l’Europe. Cet entretien lui permet par ailleurs de préciser son positionnement théorique et d’exposer certaines implications politiques de son travail.

 

Contretemps : Ton livre est une grande fresque qui retrace la co-construction de l’Europe à partir d’un jeu entre la bureaucratie de la Commission et les milieux d’affaires. Documents d’archives, données et entretiens à l’appui, tu décris comment la bureaucratie européenne se légitime en s’imposant comme un interlocuteur incontournable pour des milieux d’affaires sommés de s’européaniser. Cette perspective prend à rebours l’idée selon laquelle l’intégration européenne serait une réponse à des besoins exprimés du côté du capital. De quelle manière en viens-tu à poser le problème de l’origine du processus d’intégration ?

Il n’y a plus à prouver qu’une part conséquente des milieux d’affaires transatlantiques est à l’origine du projet de constitution d’une fédération des Etats européens1. Plusieurs travaux montrent comment les Etats-Unis ont, dès l’après guerre, cherché à abaisser les tarifs douaniers pour calmer les inquiétudes des industriels américains et contrer le communisme2. Pour mener à bien ce projet, les milieux d’affaires étatsuniens ont pu s’appuyer sur les fractions patronales européennes les plus intéressées, de par leur position sur les marchés, à l’abaissement des tarifs douaniers et au libre échange. Mais, à cet égard, il faut rappeler que « les besoins exprimés du côté du capital » que tu évoques restaient en partie contradictoires du côté européen. Il y a toujours eu, dans chaque Etat membre, un patronat beaucoup plus rétif à ce projet de construction d’un marché ouvert à l’échelle des six pays des débuts de la CE (Communauté européenne). Il subsiste dans les années 1950 des fractions patronales relativement dominantes et qui, à travers de bonnes relations avec leur gouvernement national, ont su se construire des positions avantageuses sur leur marché national. Sans compter qu’une bonne part du capitalisme industriel est alors encore largement nationalisé ou adossé aux Etats. Ces fractions patronales voient d’un œil méfiant la mise en concurrence directe de leur industrie avec les entreprises allemandes ou d’autres pays. Ces milieux-là ne sont pas nécessairement partisans du libre-échange et la Commission européenne mettra des années à les contourner.

Ce que montre, dans un premier temps, le livre se situe donc en aval de l’histoire des clubs de PDG et des décideurs transatlantiques (comme le Bilderbeg) que l’on mentionne souvent comme étant à l’origine du lancement d’une Communauté économique européenne. Il rappelle cette diversité dans les positions initiales des milieux d’affaires européens et explore d’autres processus sociaux qui sont tout aussi intéressants à saisir pour comprendre le fonctionnement du capitalisme. A partir du moment où le Traité de Rome est signé en 1957, une histoire – plus silencieuse – débute en marge des rencontres entre chefs d’Etat, celle de l’enracinement d’une bureaucratie supranationale. L’histoire de la CE ne se résume alors plus à l’histoire des fractions patronales internationales les plus intéressées à l’ouverture des marchés à la concurrence. Elle devient aussi l’histoire de la constitution d’un monde administratif relativement autonome qui a dû en permanence construire sa légitimité face aux administrations des Etats membres pour asseoir son projet de libre-échange.

Dans les années 1960, lorsqu’un chef de bureau de la direction du Marché Intérieur appelle depuis Bruxelles un fonctionnaire français du ministère de l’Industrie pour lui demander des données sur, par exemple, la production d’automobiles, celui-ci se voit le plus souvent répondre que la politique industrielle est du ressort de l’Etat français, pas de cette nouvelle structure administrative. Les gaullistes considèrent notamment que celle-ci ne sert qu’à appliquer un « Traité de Commerce ». Lors des premières négociations du GATT, dès le Dillon Round de 1961, la Commission a dû même payer des lobbyistes à Washington pour convaincre le gouvernement américain de laisser la Commission s’instituer en un interlocuteur unique à même de centraliser les négociations pour le compte des Etats de la CE.

Cette nouvelle administration à taille européenne a dû construire son entourage pour s’imposer sur le plan diplomatique. Pour cela, elle a fait venir et financé une représentation patronale à Bruxelles. Elle l’a organisée sur des bases nouvelles et adaptées au périmètre du Traité de Rome. Il existait des fédérations patronales nationales, internationales ou bilatérales bien avant la Seconde guerre mondiale. Mais la Commission encourage dans les années 1960 la constitution de fédérations patronales groupées à Six pays afin de disposer d’interlocuteurs économiques à sa mesure. Elle coproduit une façade politique des milieux d’affaires qui sera véritablement à même de lui donner la légitimité politique mais aussi les éléments techniques que refusent souvent de lui transmettre les Etats membres. Ces nouvelles organisations patronales vont aussi lui donner un atout politique précieux : elles offrent des plateformes sur lesquelles les « champions nationaux » vont en premier lieu se mettre d’accord et fournir des positions de synthèse, des positions qui garantissent aux agents de la Commission qu’aucun contre lobbying ne sera organisé dans les Etats membres contre telle ou telle directive en gestation.

Si on raconte l’histoire de la construction européenne depuis les clubs de PDG et l’histoire du transatlantisme, on a l’impression d’un souffle continu idéologique promouvant le libre-échange. Mais si on raconte cette même histoire depuis le point de vue de l’enracinement de la Commission, on s’aperçoit alors que l’histoire de l’UE est aussi celle de l’apparition d’une nouvelle couche de bureaucrates. Pour changer d’échelle, le capitalisme européen et transatlantique a produit et sécrété une administration nouvelle qui, pour légitimer sa position, a modifié les façades politiques des milieux d’affaires. Cet enrôlement du patronat était nécessaire à la structuration d’une nouvelle administration, à l’accumulation primitive d’un capital bureaucratique supranational.

 

Contretemps : Le concept de capital bureaucratique se situe au cœur de ton approche. C’est lui qui semble faire le lien entre la bureaucratie de la commission, d’un côté, et, d’un autre côté,  les intérêts du capital réfractés dans les business associations. Peux-tu préciser la généalogie de ce concept et la manière dont il se situe par rapport aux approches de l’Etat ancrées dans le marxisme, qu’il s’agisse de Gramsci, de Poulantzas ou, plus récemment, de l’approche néo-réaliste du politique de Palombarini et Amable ?

J’emprunte le terme de capital bureaucratique à Bourdieu, qui a lui-même repris à Weber et à Elias l’idée que la constitution des administrations modernes sont d’abord des processus de monopolisation de ressources économiques, techniques, militaires. Bourdieu y ajoute une dimension symbolique mais il reprend cette idée que la bureaucratisation est d’abord un processus de concentration3. Pour Bourdieu, la constitution d’une administration est d’abord le succès historique d’un groupement d’individus, une entreprise politique qui a réussi à accumuler des ressources et à revendiquer le monopole sur un certain nombre d’activités sociales qui relevaient jusqu’ici d’autres institutions ou d’autres logiques. Le terme de capital a aussi le mérite de synthétiser plusieurs choses chez Bourdieu. Emprunté au vocabulaire de l’économie politique et du marxisme, il désigne donc une accumulation de ressources mais il invite aussi à penser la diversité des ressources accumulées (il existe pour Bourdieu différentes sortes de capitaux4) et leur inégale distribution (les capitaux ont une efficacité sociale relative en fonction du champ de luttes dans lequel on les mobilise face à d’autres agents). Enfin, pour Bourdieu, le capital s’objective dans des institutions mais il peut aussi être incorporé, il est partiellement possédé par les individus sans qu’on puisse en présupposer les usages ultérieurs. Si on le transpose au cas de la constitution de la technocratie européenne, ce concept de capital bureaucratique a le mérite de nous inviter à penser des processus complémentaires à ceux décrits par Poulantzas ou Gramsci. Pour Gramsci, l’Etat est, aux côtés de la société civile, un des deux étages de la superstructure, il joue une fonction de « commandement » et de « gouvernement juridique »5. Pour Poulantzas, la bourgeoisie américaine et transatlantique s’est dotée avec la Commission d’une administration, d’un outil supplémentaire de domination. Ces approches décrivent globalement les choses mais tellement globalement qu’elles loupent à mon sens une série de médiations par lesquelles la structure administrative joue son rôle d’organisation du capitalisme et d’accélération des processus de concentration économiques.

L’approche en termes de capital bureaucratique permet d’emblée de poser la question du rôle structurant que jouent les administrations à l’égard des marchés. Pas de marché sans structure juridique nous rappelle Bourdieu dans les Structures sociales de l’économie (un de ses livres que je trouve sous-exploité)6. Un droit de la propriété, un droit de la concurrence et un droit des affaires européens continuent d’enserrer l’accélération de l’internationalisation des échanges. Le marché ne peut fonctionner comme structure rationnelle pour les acteurs (une structure où l’on peut évaluer les coûts et bénéfices, avoir des stratégies formelles voire mathématisées) que dans la mesure où une administration garantit la prévisibilité des activités économiques. « Le capitalisme requiert la bureaucratie » écrivait Weber. L’approche en termes de capital bureaucratique invite à considérer que l’administration en général et l’administration européenne en particulier ne sont pas seulement des outils de commandement politique aux mains de la classe dominante. L’administration est une forme d’organisation sociale qui rend possible le fonctionnement du capitalisme, qui assure la production et l’actualisation des structures juridiques minimales qui encadrent les relations de production. L’administration est le lieu où s’accumulent les ressources techniques et juridiques qui fixent le cadre autorisé des activités économiques. Elle n’est donc pas qu’un « outil » aux mains de dirigeants politiques. Elle a une relative autonomie de fonctionnement ne serait-ce que parce que ce processus d’accumulation de ressources renforce le pouvoir d’un nouveau groupe social sur le reste de la société.

Avec les institutions de l’UE, une nouvelle couche de bureaucrates a désormais un intérêt historique à maintenir ses prérogatives face aux vieux Etat-nations, à étendre le périmètre du champ de ses compétences. Cette couche d’acteurs accumule des ressources au fil du temps et tire sa légitimité sociale et accessoirement son salaire de l’extension continue du cadre légal d’un Marché Commun et du projet européen. On parle beaucoup d’Angela Merkel. On peut se faire plaisir en invoquant la figure de Bismarck. Mais c’est à mes yeux d’abord à cette couche là d’acteurs que le mouvement social grec s’est heurté très fortement. Prendre la mesure de l’existence de la Commission ou d’une institution comme la BCE c’est saisir ce que représente la masse critique d’acteurs disposant de ressources importantes et d’un monopole désormais installé sur une série de leviers de pouvoir (la monnaie commune, le droit qui régit les échanges…). Cette masse critique de 30 000 agents n’est pas qu’un étage de la superstructure, elle est une couche sociale inscrite dans la lutte des classes du côté du capital. Elle joue son propre rôle historique.

C’est à partir de ce point de vue là que j’essaierais aussi d’amender l’approche néo-réaliste très stimulante proposée par Palombarini et Amable. A leurs yeux, les institutions sont le fruit de compromis passés sur la scène politique et « la remise en cause des institutions n’est possible qu’à condition que les avantages, tels que les perçoivent les groupes dominants, qui découleraient d’un changement des règles du jeu, soient supérieurs au coût d’un conflit dont l’issue serait par ailleurs incertaine »7. Mais le risque serait de croire qu’il y a d’un côté une scène politique sur laquelle s’arbitrent les rapports sociaux entre les différentes couches sociales et de l’autre côté un Etat que l’on pourrait ré-agencer une fois un nouveau compromis social atteint. La masse critique d’acteurs que représente la haute administration joue son rôle politique propre et elle ne le joue pas que du côté de la scène politique professionnalisée. Si on ne comprend pas cela, on est voués à répéter sans cesse le refrain de la trahison des élites politiques, qu’elles soient socialistes ou de la gauche de gauche. Mais on y reviendra…

Enfin, l’approche en termes de capital bureaucratique permet aussi de comprendre en miroir l’intérêt que les milieux d’affaires portent à ce qui se joue à Bruxelles. L’administration de la Commission est une banque de capitaux juridiques et symboliques qui peuvent profondément modifier les règles de la compétition économique, pas seulement à travers l’octroi de subventions mais aussi par la redéfinition des normes juridiques qui structurent les échanges. Les opérateurs privés ont un intérêt structurel à orienter les usages qui sont faits de ce capital bureaucratique. Les rares agents sociaux qui comprennent l’administration, qui en connaissent par corps le fonctionnement intime sont précieux pour les milieux d’affaires car ils ont les moyens d’orienter les ressources accumulés dans les administrations au profit de leur employeur. Internaliser une part de ce capital bureaucratique dans une organisation patronale en débauchant tel ou tel « ancien » de la Commission est une stratégie logique dans ce cadre. Le livre raconte par le détail à quel point le gros du lobbying s’apparente à la manipulation d’un capital administratif par des acteurs privés : comprendre les attentes d’un chef de bureau, saisir à quel moment il faut remonter dans la hiérarchie administrative pour mieux porter sa position, comprendre comment jouer des rivalités entre services… Les lobbyistes sont une couche d’intermédiaires au service des intérêts privés dont la fonction sociale est de se tenir au plus près des structures administratives pour faciliter ce jeu sur les structures juridiques du marché au service de leur employeur. L’approche en termes de capital bureaucratique permet de ne pas s’arrêter aux frontières communément admises entre public et privé. Elle aide à saisir que la connaissance pratique de l’administration est une ressource instituée en enjeu bien au-delà de l’administration.

 

Contretemps : Un des résultats de ton enquête est de montrer que les modes d’organisation du patronat au niveau européen sont un des facteurs qui a entravé l’émergence d’une Europe sociale… D’une certaine manière, tu sembles suggérer que la mise à distance du monde du travail précède et conditionne plutôt qu’elle ne résulte de l’acte unique puis de l’UEM, c’est bien cela ?

Dans beaucoup de pays – et c’est cette définition là qui s’est imposée à Bruxelles –, la représentation patronale est scindée en deux. D’un côté la représentation « trade » ou « business » assure au patronat une représentation auprès des décideurs politiques afin de s’assurer que la réglementation générale ne nuise pas au développement des bénéfices, du commerce ou des « affaires ». De l’autre la représentation en tant qu’« employeur » (employer association) se concentre sur la discussion avec les syndicats et le dialogue paritaire. Le MEDEF en France assure ces deux facettes. Il est à la fois l’instance de représentation des intérêts économiques auprès du gouvernement et l’instance de dialogue avec les syndicats de travailleurs, l’interlocuteur patronal pour un dialogue paritaire8. Mais ce modèle que synthétise le mot très franco-français « patron » ne s’est pas imposé au niveau bruxellois. La Commission a d’abord cherché à organiser les milieux d’affaires sous l’angle du commerce, de l’accélération des échanges économiques (la partie « trade »). Et c’est donc sans surprise que la grande majorité de ces fédérations patronales européennes n’ont pas fourni dans les années 1980 un point d’appui historique à l’émergence d’un dialogue social européen.

Ce constat vient tempérer les hypothèses des chercheurs qui verraient dans le Dialogue Social Européen (DSE) l’émergence d’un dialogue paritaire. Dans ses travaux, Arnaud Mias souligne par exemple la rupture historique que constituerait l’émergence du « dialogue social européen », initié par trois organisations européennes « généralistes » autour de Jacques Delors à la fin des années 1980 : la Confédération européenne des syndicats (CES), l’Union des confédérations de l’industrie et des employeurs d’Europe (UNICE) et le Centre européen des entreprises publiques (CEEP). Ces trois organisations, financées régulièrement par la Commission, ont continué effectivement – tout au long des années 1980 – à se structurer et constituent des interlocuteurs réguliers des agents de la Commission. Mais si l’on considère la réalité de la représentativité sectorielle des associations historiquement mobilisées autour du Dialogue social européen, les choses se compliquent et il devient alors difficile d’oser « le rapprochement entre François Guizot et Jacques Delors » que propose Arnaud Mias en analysant la portée de cette initiative comme un projet à même « de guider le développement d’une entité sociale » au niveau européen9. Loin d’être un objet témoignant de la volonté de « régulation » des acteurs économiques, la table même des négociations de Val Duchesse le 31 janvier 1985 comporte bien trop d’absents pour fonder une véritable discussion paritaire, à commencer par un bon demi millier d’associations patronales européennes basées à Bruxelles.

Cela est toujours valable aujourd’hui. Trente ans après son lancement, moins d’une quinzaine du millier de business associations dont nous évoquons l’histoire collective dans l’ouvrage figure au Dialogue social européen. Comme le notent Wolfgang Streeck et Philippe Schmitter, ces associations ont bien pris soin de se tenir à l’écart du Dialogue social européen et ont refusé de contribué à ce qui aurait pu être un « transfert des politiques sociales depuis les arènes tripartites nationales vers Bruxelles »10.

Le plus souvent, quand un secteur est représenté au DSE, c’est par des associations européennes d’employeurs créées ad hoc et aux budgets dérisoires, vivotant dans l’ombre de leur fédération professionnelle. Je donne l’exemple suivant dans le livre : le CEFIC, puissant groupe d’intérêt de l’industrie chimique, ne siège pas au Dialogue Social Européen et les industries de la chimie y sont représentées par l’ECEG, une confédération inconnue aux faibles moyens et prérogatives. Côté syndical, je ne suis pas sûr que les choses soient plus encourageantes. La CES a appelé à annuler le referendum grec par exemple. Au niveau national, les logiques de porte-parolat peuvent déjà éloigner potentiellement les permanents syndicaux de leur base. Mais quand on parle de la représentation syndicale au niveau européen, les filtres posés sur la représentation syndicale sont encore plus forts (notamment à travers la valorisation de l’anglais comme langue militante principale). Si on recoupe ces deux logiques, Bruxelles donne au final l’impression que les lieux où se discutent les questions liées aux conditions des travailleurs ne sont pas les arènes labellisées « dialogue social européen ». Je pense que c’est un enjeu important pour le mouvement syndical actuel. Il faut arriver à sortir de cet enclos paisible où ont été parquées les représentations syndicales européanisées pour réinvestir les lieux où se jouent vraiment les décisions concernant les conditions de travail. Là encore je pense à l’Agence chimique européenne mais il existe tout un ensemble d’autres décisions prises à Bruxelles sous l’angle de l’harmonisation des législations qui affectent fortement les conditions de travail.

 

Contretemps : La dialectique européenne du fragile et du résilient sous-tend toute la démonstration du livre. Tu montres en effet, d’un côté, les liens intimes entre les milieux d’affaires et la bureaucratie bruxelloise qui semblent indiquer une densification européenne et, de l’autre, un investissement relativement faible de Bruxelles par le capital étant donné la persistance du rôle des capitales nationales et le pouvoir d’attraction de Washington. En conclusion, tu indiques finalement que la bureaucratie bruxelloise est parvenue à asseoir un certain monopole sur l’universel qui cantonne les entreprises concurrentes aux ghettos politiques du nationalisme et du localisme. L’Europe serait-elle donc plus forte que ce que les récentes turbulences pouvaient laisser penser ?

De quoi parle-t-on quand on parle d’Europe ? On évoque un projet d’une fédération à 28 pays qui déboucherait sur une intégration politique encore plus forte ? Ou parle-t-on d’une administration qui a réussi à faire coïncider son action quotidienne avec ce que l’on nomme communément « Europe », un référent transnational auquel on a opportunément associé l’idée de paix ou de prospérité (une administration qui est d’ailleurs tout à fait prête à payer le coût du départ d’un pays membre ou du chaos social en Grèce) ? Je me permets de m’arrêter là-dessus pour déconstruire cette première évidence. Il est important de rappeler qu’au début des années 1960, les fonctionnaires de la Commission ont à composer avec d’autres définitions institutionnelles de l’Europe, comme le Conseil de l’Europe basé à Strasbourg avec ses 47 pays et qui intègre par exemple la Turquie… Aujourd’hui quand on parle d’Europe, on parle d’abord de Bruxelles. C’est là une première victoire de cette administration. Et si on considère cette Europe-là, elle semble avoir été finalement peu éprouvée par les turbulences que tu évoques. L’épisode grec a même conforté dans une large mesure le rôle social de la BCE ou de la Commission. Tu as raison de rappeler que les firmes américaines ou européennes dépensent comparativement plus d’argent à Washington qu’à Bruxelles. Mais je ne suis pas sûr que cela soit contradictoire ou renvoie à une « fragilité » de la Commission. Dire cela permet surtout de remettre Bruxelles à sa place dans l’échelle mondiale des échanges économiques, une place qui est secondaire à l’échelle du globe. On perçoit bien cette position géopolitique aujourd’hui avec le TAFTA. L’Europe n’est qu’une composante de la stratégie diplomatique des Etats-Unis qui lance parallèlement un autre traité de libre-échange avec ses partenaires asiatiques.

Si on garde l’aspect « global » en tête, on comprend mieux ce qui joue aujourd’hui dans le seul cadre européen. Même si cette structure administrative « perdait » au passage des Etats-membres (comme la Grèce ou l’Espagne), elle subsisterait. Elle se recomposerait sans doute (en permettant par exemple l’adhésion directe de régions) mais elle jouerait toujours un rôle similaire en accélérant le rapprochement des firmes continentales et américaines contre le capitalisme chinois ou russe. C’est pour cela que je suis toujours étonné de voir le temps que l’on passe à discuter de la sortie de l’euro à gauche. Ce qui devrait soucier la gauche, c’est avant tout l’état de son organisation collective, car une sortie de l’euro n’annihilerait pas du jour au lendemain la structure administrative qui a poussé à la création de l’euro. Un mouvement politique victorieux aurait toujours face à lui cette structure-là : la sortie de l’euro se ferait avec, en contrepoint, le poids permanent de cet assemblage technocratique et un projet de libre-échange transatlantique accéléré. Ce ne serait pas le retour aux années 1990. Quel que soit le scénario qui se dessinerait au niveau de l’avenir de l’UE, la question qui se pose pour la gauche française, c’est d’abord celle du rapport de force social qu’elle est capable de construire.

 

Contretemps : Le débat sur l’Euro ne porte-t-il pas précisément sur les modalités concrètes d’émancipation de la tutelle du capital bureaucratique que tu décris ? Dans le cas de la Grèce, par exemple, le rapport de force social qui s’est construit depuis plusieurs années a débouché sur la victoire de Syriza, mais s’est brusquement détérioré lorsque le nouveau pouvoir a préféré demeurer sous l’emprise de la Troïka plutôt que sortir de l’Euro….

Le débat sur l’Euro porte aujourd’hui le plus souvent sur l’idée que la monnaie est un outil de souveraineté économique et qu’il nous faudrait simplement remettre la main dessus. J’ai été élevé au Diplo des années 1990 et aux publications d’Attac. Donc j’ai tendance moi aussi à considérer qu’aucune politique de gauche ne sera possible dans le cadre du carcan actuel de l’euro. Mais, en même temps, quand je vois l’évolution d’une partie des économistes qui étaient aux côtés du mouvement altermondialiste, j’ai l’impression qu’ils sacrifient tout le programme de gauche à cette question de la sortie de l’euro. C’est pour cela que j’insiste en contrepoint sur la question du degré d’organisation du mouvement social et politique face à la bureaucratie européenne mais aussi nationale. Vouloir la sortie de l’euro au nom de la souveraineté politique ou l’obtenir au terme d’un mouvement populaire victorieux ne me semble pas du tout renvoyer aux mêmes logiques. Croire que le Front national ferait vraiment la sortie de l’euro me semble une vraie erreur d’analyse. Mais même dans l’hypothèse d’une sortie de l’euro effective au terme d’une coalition hétéroclite comprenant des mouvements nationalistes minoritaires comme semblent le suggérer certains, cela n’empêcherait pas le patronat de continuer à faire le siège de Bercy. Cela n’empêcherait pas l’eurocratie et la technocratie française de mobiliser toutes leurs ressources pour contrer cette stratégie ou la réorienter. La politique monétaire n’est pas qu’un outil neutre, elle fait l’objet d’usages sociaux permanents. Quels moyens se donne-t-on pour l’orienter de façon permanente si on a un mouvement social peu structuré et qui a besoin de la béquille du nationalisme classique pour composer un gouvernement dans un seul pays ?

Tu as raison de citer l’exemple grec. On peut lire ce qui s’est passé comme le renoncement de porte-parole de gauche à s’émanciper de la Troïka. Mais je trouve que ce n’est qu’un petit bout de l’histoire et on en vient encore une fois à la conclusion que des leaders politiques « ont trahi ». D’une part, le rapport de force social qui les portait était plus fragile qu’on ne le croit depuis la France. Syriza devait s’appuyer sur les nationalistes de l’ANEL par exemple pour garder la main sur le gouvernement. Pressentant que sa marge de manœuvre serait faible, Tsipras n’a jamais clairement annoncé qu’il allait sortir de l’euro. Dès la campagne électorale, il avait simplement promis que Syriza ne « ferait plus de politique d’austérité ». Le rapport de force était trop fragile sur la scène partisane pour aller au bout du programme que tu évoques. D’autre part, on peut aussi ajouter que Syriza a dû faire face simultanément à la bureaucratie européenne et aux résistances internes de la bureaucratie grecque. Varoufakis est poursuivi par la Cour suprême de son pays pour avoir simplement essayer de mener une politique fiscale redistributive ! Je peux donner un autre exemple. Quand Syriza est arrivé au pouvoir, ils ont nommé un nouveau secrétaire spécial à l’inspection du Travail. Un ancien avocat et conseiller syndicaliste très reconnu qui s’est alors donné pour mission de renforcer l’inspection du Travail. Il rédige des circulaires en ce sens mais il s’aperçoit qu’elles ne parviennent jamais au Journal Officiel. Ses propres services les étouffent. Il doit alors suivre bureau par bureau ses circulaires pour s’assurer qu’elles soient bien publiées comme le prévoit la loi. Les résistances dans l’Etat grec sont telles que même en les suivant ainsi, ses circulaires sont tout de même tronquées au dernier moment avant leur publication au JO.

Ces réalités plaident d’elles-mêmes pour qu’on réintroduise dans l’analyse le rôle joué par les bureaucraties en prenant au sérieux leur poids politique. Pas seulement en les regardant comme un outil dont il suffirait de se saisir mais en prenant en compte les multiples façons à travers lesquelles elles pèsent sur le jeu social en organisant les marchés, en définissant les contours juridiques des rapports de production mais aussi en opposant leur propre poids aux initiatives politiques dynamiques.

 

Contretemps : Un des aspects particulièrement intéressant du livre concerne, d’abord, le rôle joué par les juristes de la Commission européenne et par la CJE pour rendre le champ européen incontournable dès les années 1970. Plus tard, c’est le processus de normalisation qui semble décisif. Tu décris de manière magistrale une politique censitaire dominée par les salariés des business associations. Occupant une position charnière entre la commission et les firmes, ce sont eux qui organisent la mobilisation de ressources techniques et scientifiques et évincent dans les faits les citoyens et les ONG de toute capacité d’influence sur l’agenda politique européen. L’originalité de ton approche est, me semble t-il, de mettre au centre les réseaux bureaucratiques publics-privés et de les identifier comme le cœur non, pas d’une politique d’influence, mais plutôt d’une relégation de la délibération démocratique au marges d’une décision publique dominée par l’expertise et la recherche du consensus…  Cet agencement peut sembler écrasant. Ton analyse ne risque-t-elle pas de masquer les contradictions multiples qui minent le proto-État européen ?

Je l’espère quelque part. Mais insister aujourd’hui sur ces éléments est un pas nécessaire dans l’analyse scientifique et la réflexion politique. Car je n’en peux plus à l’inverse des discours défendant l’idée que les ONG remporteraient certaines victoires dans cette agora balbutiante que serait l’UE et que l’on pourrait réformer ce système de l’intérieur. L’asymétrie des moyens est telle entre business et ONG qu’il me paraît complètement irréaliste de plaider pour une réforme endogène de ce système. J’irai même plus loin : je ne suis pas certain que certaines victoires remportées par le mouvement citoyen à Bruxelles ces dernières années ne soient pas surtout liées à des fuites du monde des affaires. Une bonne part des combats qui se mènent à Bruxelles opposent des fractions du monde des affaires entre elles. L’espace de luttes est d’abord une confrontation business contre business dans les couloirs des directions générales et des agences. Imaginons que je gère une entreprise qui fabrique des biberons et que j’ai déjà pu me passer des phtalates dans la fabrication de mes produits, n’ai-je pas un intérêt à faire interdire définitivement les phtalates au niveau européen ? Cela tuera ma concurrence ou l’obligera à changer de procès de production. Dans certaines configurations, le business peut souffler dans le même sens que certaines ONG. C’est pourquoi je pense qu’il faut être conscient de ce qui rend certaines victoires politiques actuellement possibles afin d’éviter, plus tard, certaines désillusions. En ce sens, mon livre peut paraitre comme plutôt pessimiste mais il désigne aussi des éléments à intégrer à la réflexion politique : on ne peut pas faire comme si gagner des élections et investir le Parlement européen suffirait à casser l’assemblage entre les milieux d’affaires et la Commission. On ne peut pas ignorer non plus qu’une bonne partie des luttes politiques se jouent désormais sur le terrain de l’administratif, du technique et de la science. Sinon on est voués à reproduire les mêmes erreurs. La directive REACH est à cet égard un très bon exemple. C’est en un sens une victoire du mouvement social puisque grâce aux mobilisations (notamment des Verts au Parlement), les industriels sont désormais obligés de prouver que leurs produits ne sont pas dangereux. Mais si tout cela débouche sur la création d’une agence chimique basée à Helsinki loin de tout contre-pouvoir et si le coût d’entrée politique pour que les citoyens contrôlent tout ça est désormais de surveiller en tant que « partie prenante » chaque enregistrement d’un produit industriel sur la base d’études toxicologiques, alors quelle chance a-t-on d’avoir une action politique pérenne sur cet enjeu de santé publique ? Ma recherche fait le constat de la fermeture relative d’un champ des possibles. Elle décrit comment on en est arrivé à donner une primauté à l’expertise technique produite derrière un paravent administratif sur des sujets politiques. On peut prendre ce livre comme un élément déprimant supplémentaire dans le contexte actuel mais on peut aussi considérer qu’il donne aussi la liste des choses à repolitiser afin de faire évoluer les choses.

Je terminerai en rebondissant sur le terme d’Etat que tu évoques en parlant de proto-Etat. C’est là aussi une des grosses failles du système actuel et peut être une source d’espoir. La grosse différence entre une simple administration et un Etat, c’est qu’un Etat a eu historiquement la capacité d’intégrer l’ensemble des couches sociales pour maintenir un ordre social. Comme le montrent par exemple les travaux de Gérard Noiriel, les Etat-nation classiques ont assimilé une partie des classes populaires à travers la constitution d’administrations scolaires, sociales ou même militaires. Mais la Commission ne dispose de rien de tel pour l’instant. Elle est une administration mais certainement pas un Etat. Elle pèse sur le jeu économique et les gouvernements mais n’a qu’une capacité d’intégration des populations au second degré : elle ne finance pas d’écoles par exemple et n’a qu’un monopole de la violence physique légitime indirect. C’est là un point majeur qui la différencie très fortement d’un Etat classique. L’incapacité de cette structure administrative à intégrer autre chose que des élites polyglottes est ce qui constitue non pas une fragilité (je n’irai pas jusque là au vu de la réalité des rapports de force) mais une incomplétude dont une bonne part des administrations nationales et des fonctionnaires de la Commission eux-mêmes ne se satisfont pas. Les contradictions inhérentes au projet initial de constitution d’une administration supra-nationale sont d’une certaine façon toujours présentes et c’est ce qui produit ce sentiment de « turbulences » ou d’instabilité politique. Mais le livre ne dit pas pour autant comment l’exploitation de ces contradictions pourrait tourner à l’avantage du mouvement social. Car cette question me semble d’abord renvoyer à l’état d’organisation politique du mouvement social lui-même, son degré d’information, de structuration et sa capacité de mobilisation. A l’inverse, je pense qu’il n’y a rien à espérer d’un univers administratif qui s’est constitué en tournant le dos aux traditions démocratiques et aux mouvements sociaux.

 

Propos recueillis par Cédric Durand

 

Nos contenus sont placés sous la licence Creative Commons (CC BY-NC-ND 3.0 FR). Toute parution peut être librement reprise et partagée à des fins non commerciales, à la condition de ne pas la modifier et de mentionner auteur·e(s) et URL d’origine activée.

 

  • 1. Kees Van der Pijl, The Making of an Atlantic Ruling Class, Verso, 1984.
  • 2. Cédric Durand (dir.), En finir avec l’Europe, La Fabrique, 2013.
  • 3. Pierre Bourdieu, « Esprits d’Etat, genèse et structure du champ bureaucratique » in Raisons Pratiques, Paris, Ed. du Seuil (coll. « Essais »), 1994, p. 101-134.
  • 4. Pour une analyse détaillée du capital bureaucratique chez P. Bourdieu se reporter notamment à la première occurrence du terme dans Actes de la Recherche en Sciences Sociales au sein de l’article écrit avec Rosine Christin (« La construction du marché. Le champ administratif et la politique du logement », vol. 81, 1990). Bourdieu y distingue notamment le capital bureaucratique d’expérience (acquis par un chef de bureau « à la longue » du fait de son immersion dans le monde administratif) et le capital bureaucratique à base technique (« comme la connaissance de l’enquête statistique » qui peut être acquis plus rapidement).
  • 5. Antonio Gramsci, Problèmes de civilisation et de culture, (1930-1935), sur Marxists.org
  • 6. Pierre Bourdieu, Les structures sociales de l’économie, Paris, Seuil, 2000.
  • 7. Bruno Amable et Stefano Palombarini, L’économie politique n’est pas une science morale, Raisons d’agir éditions, 2005, p. 260.
  • 8. Sur cette distinction, se reporter à l’entretien réalisé avec Michel Offerlé pour le numéro 10 de la revue Savoir / Agir « figures patronales ».
  • 9. Arnaud Mias, Le dialogue social européen (1957-2005) : genèses et pratiques d’une institution communautaire, Thèse pour le doctorat du CNAM, 2005, p. 119.
  • 10. Wolfgang Streeck et Philippe C. Schmittter, « From National Corporatism to Transnational Pluralism : Organized Interests in the Single European Market », Politics Society, 1991 vol. 19, pp. 133-164.

Le jour où l’espace a cessé d’être un bien commun…

Par Calimaq

Source : http://scinfolex.com

Plusieurs sites de presse comme Rue89 ou Slate se sont faits aujourd’hui l’écho d’une nouvelle que j’ai trouvée particulièrement glaçante : Barack Obama a promulgué la semaine dernière une loi (HR 2262) qui va autoriser des compagnies privées à s’approprier les ressources naturelles figurant dans l’espace extra-atmosphérique.

La portée de ce texte est potentiellement énorme et peut-être que dans un siècle, on citera encore la date de son adoption comme un des événements majeurs de l’histoire de l’Humanité. Car on peut considérer ce 25 novembre 2015 comme le jour où l’espace cessa d’être un bien commun, par l’effet d’une décision unilatérale des Etats-Unis d’Amérique.

rocky_ring_of_debris_around_vega

Image par NASA/JPL-Caltech. Domaine Public. Source : Wikimedia Commons

L’espace comme bien commun

En effet jusqu’à présent, le droit international tendait à faire de l’espace extra-atmosphérique une « res communis » (chose commune) au sens où l’entendait déjà les romains, c’est-à-dire une ressource ne pouvant faire l’objet d’une appropriation à titre exclusif par personne, mais librement utilisable par tous. Un traité de l’espace adopté en 1967 suite à une résolution des Nations Unies fixait jusqu’alors le statut juridique de cette ressource à partir de ces deux traits caractérisant les biens communs.

Le texte commence par consacrer dans son premier article un droit d’usage ouvert à tous sur les ressources que constituent l’espace extra-atmosphérique et les corps s’y trouvant :

Art. I

L’exploration et l’utilisation de l’espace extra-atmosphérique, y compris la lune et les autres corps célestes, doivent se faire pour le bien et dans l’intérêt de tous les pays, quel que soit le stade de leur développement économique ou scientifique ; elles sont l’apanage de l’humanité tout entière.

L’espace extra-atmosphérique, y compris la lune et les autres corps célestes, peut être exploré et utilisé librement par tous les États sans aucune discrimination, dans des conditions d’égalité et conformément au droit international, toutes les régions des corps célestes devant être librement accessibles.

Les recherches scientifiques sont libres dans l’espace extra-atmosphérique, y compris la lune et les autres corps célestes, et les États doivent faciliter et encourager la coopération internationale dans ces recherches.

Le traité se poursuit en proclamant que l’espace et les corps célestes doivent rester inappropriables :

Art. II

L’espace extra-atmosphérique, y compris la lune et les autres corps célestes, ne peut faire l’objet d’appropriation nationale par proclamation de souveraineté, ni par voie d’utilisation ou d’occupation, ni par aucun autre moyen.

Vers un droit d’appropriation privée

La loi promulguée la semaine dernière par Barack Obama, dénommé Competitiveness Act, introduit une faille dans cette « sanctuarisation » juridique de l’espace, en prévoyant une possibilité d’appropriation à titre exclusif des ressources s’y trouvant par les citoyens américains souhaitant les exploiter commercialement. L’article pertinent de la loi dit précisément ceci :

A United States citizen engaged in commercial recovery of an asteroid resource or a space resource under this chapter shall be entitled to any asteroid resource or space resource obtained, including to possess, own, transport, use, and sell the asteroid resource or space resource obtained in accordance with applicable law, including the international obligations of the United States.

[Traduction] Un citoyen des Etats-Unis engagé dans la récupération à titre commercial d’une ressource se trouvant sur un astéroïde ou dans l’espace aura droit à toute ressource obtenue, incluant le droit de détenir, de posséder, de transporter, d’utiliser et de vendre la ressource obtenue conformément à la législation applicable, y compris les obligations internationales des Etats-Unis.

Cela signifie que cette loi crée au bénéfice des citoyens US (mais surtout des sociétés commerciales américaines) un droit de prélèvement des ressources situées dans l’espace débouchant, lorsque ce prélèvement est effectué dans le cadre d’une entreprise commerciale, sur un droit de propriété complet (usus, fructus et absus comme disent les juristes).

pic187633

Cette loi américaine transforme l’espace en un jeu de Monopoly géant…

Des Res Communes aux Res Nullius

A première vue, ce droit exclusif instituée par la loi américaine paraît incompatible avec les engagements internationaux auxquels les Etats-Unis ont souscrit et notamment le Traité de l’espace de 1967 cité ci-dessus. Mais le texte adopté la semaine dernière introduit une nuance subtile qui risque de peser lourd :

DISCLAIMER OF EXTRATERRITORIAL SOVEREIGNTY.

It is the sense of Congress that by the enactment of this Act, the United States does not thereby assert sovereignty or sovereign or exclusive rights or jurisdiction over, or the ownership of, any celestial body.

[Traduction] EXCLUSION DE SOUVERAINETE EXTRATERRITORIALE

Le Congrès déclare que par le biais de cette loi, Les Etats-Unis ne revendiquent pas de souveraineté, de droits souverains, de droits exclusifs, de droits de juridiction ou de droit de propriété sur aucun corps céleste.

Le traité de 1967 interdit en effet « l’appropriation nationale par proclamation de souveraineté« , ce qui renvoie au fait pour un Etat de revendiquer une portion de l’espace ou des corps y figurant comme une partie de son territoire. Mais ici la loi américaine fait une chose différente : l’Etat ne se saisit pas lui-même de la propriété sur les ressources de l’espace, mais il délègue à ses citoyens un titre juridique pour en faire leur propriété privée, qui sera ensuite reconnue et garantie par l’Etat. La nuance est certes mince, mais elle est importante.

Planter un drapeau américain sur un astéroïde n’en fera pas un territoire américain, mais les entreprises qui s’y rendront pourront s’approprier les ressources qu’elles trouveront (Image NASA. Domaine Public. Source : Wikimedia Commons).

D’une certaine manière, les Etats-Unis ont pris l’initiative de transformer le statut des ressources de l’espace extra-atmosphérique, en les faisant passer de celui de res communes à res nullius : des « choses sans maître » n’appartenant à personne, mais dont le premier à s’en saisir peut se proclamer légitimement le propriétaire. Les ressources de l’espace appartenaient à tous ; elles n’appartiennent aujourd’hui à personne… du moins jusqu’à ce qu’un américain s’en empare !

Colonisation et enclosures

Il n’est à vrai dire pas très surprenant que la nation de la Conquête de l’Ouest et de la Nouvelle Frontière ait procédé de cette manière. Le statut de Res Nullius est celui qui fut attribué par exemple aux bisons des grandes plaines, ce qui conduisit à leur massacre systématique par les colons jusqu’à leur quasi-extinction au 19ème siècle.

1280px-bison_skull_pile_edit

Une pile de crânes de bisons dans les années 1870. Domaine public. Source : Wikimedia Commons.

Plus loin encore en arrière dans l’histoire, c’est aussi le statut de Res Nullius que les terres américaines se virent attribuées pour permettre aux premiers explorateurs, tel Christophe Colomb, de s’en saisir au nom des puissances souveraines d’Europe.

L’indienne Vandana Shiva explique d’ailleurs dans un texte très fort paru en 2004 dans la revue Ecorev’ comment dès l’origine, la colonisation a constitué une forme d’enclosure des Communs ayant conduit à leur destruction dans les pays du Sud :

Les chartes et patentes accordées aux aventuriers marchands étaient des autorisations pour « découvrir, trouver, rechercher et inspecter de telles terres païennes et barbares encore non possédées par des peuples ou des rois chrétiens » […]

Le traité sur la propriété de Locke légitime ce même processus de vol durant le mouvement des enclosures en Europe. Locke articule clairement la liberté du capital à cette liberté de voler ; il affirme que la propriété est créée par l’arrachement des ressources à la nature et leur association au travail, sous la forme intellectuelle qui se manifeste dans le contrôle capitaliste. […]

La construction coloniale d’une terre passive et sa définition conséquente comme « terra nullius » avait deux objectifs : dénier l’existence et l’antériorité des droits des habitants originels et nier la capacité régénérative et les processus de la vie.

1920px-landing_of_columbus_28229

Christophe Colomb prenant possession du Nouveau Monde au nom de la Reine d’Espagne. Domaine public. Source : Wikimedia Commons.

Le parallèle avec la création par cette loi américaine d’une possibilité d’appropriation des ressources de l’espace par des sociétés commerciales est saisissant.

Rue89 et Slate rapportent que l’adoption de ce texte a été largement saluée par des sociétés minières désireuses de se lancer dans l’exploitation minière des astéroïdes. Le dirigeant de l’une d’entre elles, dénommée Planetary Ressources, a ainsi déclaré :

C’est la plus grande reconnaissance unitaire de droits de propriété de l’histoire. Ce projet de loi établit le même cadre légal qui a créé les grandes économies de l’histoire, et encourage le développement durable de l’espace.

Cet individu a sans doute raison de relever l’importance historique de cette évolution, car peut-être cette loi marque-t-elle le point de départ d’un nouveau « mouvement des enclosures » à l’image de celui qui a démantelé les terres communes en Angleterre du 12ème au 18ème siècle. La loi promulguée par Barack Obama la semaine dernière ressemble d’ailleurs beaucoup aux « Enclosures Acts » adoptés en masse par le Parlement anglais pour autoriser la privatisation des terres.

coverx

Un acte d’enclosure adopté par le Parlement anglais en 1796.

Mais là où ce dirigeant a tort, c’est lorsqu’il affirme que cette « nouvelle frontière » ouverte à l’extension des droits de propriété va « encourager le développement durable de l’espace« . On sait au contraire que l’idéologie qui a érigé le droit de propriété comme un principe absolu de gestion des ressources est en grande partie responsable de la situation environnementale dramatique à laquelle nous sommes confrontés.

La vraie « Tragédie des Communs » ne réside pas dans l’incapacité des hommes à gérer durablement des ressources naturelles en commun, comme pensait l’avoir démontré Garret Hardin. La tragédie consiste au contraire à avoir livré pendant des siècles  la régulation de ressources essentielles à des marchés aveugles, guidés par la seule logique de la maximisation des profits et de l’exploitation débridée des droits de propriété.

***

L’histoire retiendra peut-être qu’une semaine avant le début de la COP21, rassemblement de la dernière chance où les gouvernements du monde tentent de trouver des solutions à une crise environnementale largement provoquée par les errances de l’idéologie propriétaire, les Etats-Unis auront fait passer une loi pour projeter jusque dans l’espace cette logique délétère, alors que celui-ci aurait pu rester un bien commun de l’Humanité…

 [Mise à jour du 01/12/2015 : On me signale sur Facebook un parallèle intéressant avec une autre loi américaine : le Guano Islands Act de 1856, par lequel le Congrès a autorisé tout citoyen américain à prendre possession d’une île contenant un gisement de guano, où qu’elle soit située sur la planète, du moment qu’elle ne soit pas soumise à la juridiction d’un autre gouvernement :

N’importe quand que n’importe quel citoyen américain découvre un gisement de guano sur n’importe quelle île, rocher ou îlot, qui n’est pas sous la juridiction légale de n’importe quel autre gouvernement et pas occupé par des citoyens de n’importe quel autre gouvernement, et prend possession pacifiquement de celle-ci, et l’occupe de la même façon, cette île, rocher ou îlot peut, à la discrétion du président, être considérée comme appartenant aux États-Unis.

La différence avec la loi votée par Obama cette semaine à propos de l’espace est que les Etats-Unis en tant qu’Etat ne deviendront pas propriétaire, même à titre provisoire des corps célestes. Seuls les citoyens US pourront s’approprier les ressources qu’ils y trouveront.]

A propos calimaq

Ce blog est tenu par : Calimaq – aka Lionel Maurel Juriste & Bibliothécaire. Contact : calimaq at gmail point com

Le choc du présent selon Douglas Rushkoff

Par

03/06/2015

Source : http://echoradar.eu

Selon l’auteur de Present Shock : When Everything Happens Now, la surinformation chronique enferme les gouvernements et les sociétés dans une obsession du présent, assombrit leurs visions globales et dégrade leurs projections à long terme. Ce constat peut paraître évident mais Douglas Rushkoff, essayiste cyberpunk et théoricien des médias, dépeint audacieusement une évolution inquiétante et propose des solutions qui valent largement un doigté glissant sur Android/iOS…

douglas_rushkoff

Present Shock est un clin d’oeil au cultissime Future Shock écrit par le futurologue Alvin Toffler en 1970. L’ouvrage a tout l’air d’un blog couché sur papier et sa densité thématique n’est pas nécessairement prometteuse pour le rédacteur d’une synopsis. Mettons tout de même le pied à l’étrier…

Dans le sillage de ses homologues Nicholas Carr et Sherry Turkle, respectivement auteurs de The Shallows et de Alone Together, Rushkoff blâme la perfusion informationnelle qui confine les décideurs politiques et économiques à la gestion de crise permanente et à ses impératifs de communication instantanée, au détriment d’une vision globale, d’une articulation cohérente d’objectifs et donc de solutions à long terme. Noyée dans ce torrent d’informations réactualisées et amplifiées minute par minute, la société entière est en quête du « méta-moment ultime » et s’agite de facto dans un « présentisme » forcené.

Cas d’école en vrac : les révoltes arabes, l’affaire Snowden, la tragédie du vol MH17, l’épidémie du virus Ebola, les attentats de Charlie Hebdo, les sinistres succès de l’Etat Islamique…

Les technologies de l’information (Internet, smartphones, tablettes, télévision numérique, médias/réseaux sociaux) constituent le coupable idéal de cette détresse aussi addictive que contre-productive. Partageant son temps de cerveau disponible entre Youtube, Twitter, Facebook et la replay TV, le « médianaute » est de moins en moins influencé par des narrations paraboliques avec leurs débuts, milieux et fins, et se nourrit de plus en plus d’un mix d’informations et de récits échantillonnés et rééchantillonnés par ses soins.

Note de service : le lecteur, l’auditeur, le téléspectateur et l’internaute sont morts. Vive le médianaute !

D’une certaine façon, nous sommes nos propres « DJ Media » mais aussi nos propres trolls recherchant désespérement une partition audible… à l’instar des marques commerciales et des institutions politiques, les unes pataugeant dans la communication publicitaire et les autres dans la communication stratégique et l’influence; toutes confrontées à l’âpre concurrence des médias/réseaux sociaux. Rushkoff insiste : cette perfusion informationnelle ne fait qu’accroître l’entropie généralisée.

Le slogan « don’t believe the hype » (1) a littéralement acquis ces lettres de noblesse avec la prolifération des réseaux sociaux, des blogs et des pure players (Huffington Post, Slate, Medium, The Daily Beast, Politico, Mediapart, Rue89, Causeur, etc)… qui ne facilitent pas la tâche aux médias de masse – notamment la presse écrite – constamment tenus de déployer des trésors d’ingéniosité pour augmenter leurs abonnements/ventes et assurer leur survie.

Les technologies de l’information ont également consacré la dictature de la transparence : les marques commerciales doivent tout dire et tout révéler sur la réalité de leurs processus de fabrication. Toute firme prétendant jouer la carte écologique ou éthique (développement durable, énergies vertes, produits bio, normes du travail, commerce équitable, etc) doit être en mesure de le prouver à tout moment à la face du monde, et intégrer cette dimension dans son marketing. Tôt ou tard, un intrus ou un salarié filmera et diffusera les conditions de travail dans ses locaux en quelques clics. Craignant pour leur réputation, Apple a du en finir avec ses « esclaves » en Chine et Pepsi-Cola investir dans les usines à faible émission de carbone et de déchets.

present_shock_douglas_rushk

Les voraces consommations de contenus online et on air ont engendré de nouvelles formes de récits.

Oublions les monotones séries Star Trek, Dallas, Beverly Hills, Sex in The City, X-files et consort aux narrations un peu trop linéaires, paraboliques ou manichéennes. Désormais, le mal triomphe ou marque de gros points, le bien ne sait plus à quel saint se vouer et les vainqueurs se contentent d’un dangereux statu quo entre deux victoires à la Pyrrhus. Malheur à quiconque dormira sur ses maigres lauriers : « anyone can be killed » (2), avait froidement déclaré la petite Arya Stark à Lord Lannister.

Aujourd’hui, les narrations efficaces empruntent aux univers du fantasy et du jeu vidéo en ligne dans lesquels tout le monde est à la fois un héros et un vilain au coeur d’une bataille ou d’une quête perpétuelle. Les faramineux succès de The Wired, Game of Thrones, The Walking Dead, Mad Men et Breaking Bad – pour ne citer que ces séries TV – doivent énormément à leurs épiques narrations multiples sans cesse recommencées et reflètent à merveille les aspirations du médianaute et les évolutions des sociétés surinformées.

Le choc du présent affecte considérablement la conduite des mouvements politiques et sociaux alors noyés dans un environnement hautement défavorable. Les leaders d’opinion parviennent difficilement à cristalliser et à entraîner durablement les foules connectées vers un objectif clair et précis, pour peu qu’ils réussissent à le définir. La preuve par l’échec cuisant du mouvement Occupy Wall Street… qui aurait du prendre de la graine auprès du Tea Party ? Le premier recherchait un consensus révolutionnaire contre Wall Street (qui spécule à court terme avec ses traders algorithmiques plutôt qu’investir dans l’avenir) tandis que le second a lentement mais sûrement pesé sur l’échiquier politique américain et a provoqué la fermeture administrative du gouvernement fédéral pendant plusieurs semaines.

À l’ère de la surinformation chronique, Martin Luther King ne ferait qu’engranger des abonnés sur Twitter/Facebook plutôt que marcher avec les foules afro-américaines sur Washington, et le voyage sur la Lune selon JFK ne serait qu’un superbe blog plutôt qu’une aventure technologique d’une décennie.

Cette probabilité typique d’un esprit cyberpunk m’a soudainement fait réfléchir sur les actualités internationales.

Le cynisme ou le laxisme de Washington et de Bruxelles en matières de politique étrangère et de sécurité/défense est souvent invoqué par leurs fervents détracteurs. Qu’en est-il de la surinformation chronique et de la paralysie du présent face aux avancées du djihad au Moyen-orient et en Afrique, de la négociation d’un accord nucléaire avec l’Iran, de la redistribution des cartes stratégiques dans le monde arabe/musulman, de la guerre froide 2.0 contre une Russie résurgente et une Chine émergente et les interminables déboires de l’Euroland ?

Ces « nouilles de crises » produisent aléatoirement des à-coups qui soumettent les décideurs politiques au feu des critiques et au poids de l’émotion. Dans de telles conditions, la sensiblerie, la susceptibilité, la frustration, la maladresse, la colère, l’hyper-réactivité et la terreur ne laissent qu’une petite marge aux approches pondérées et aux visions globales. Ne surestimons pas les chancelleries quand Twitter et Youtube deviennent une arène politique et diplomatique…

En résumé, Alvin Toffler décrivait la désorientation croissante de nos sociétés dans un futur en accélération constante, Douglas Rushkoff décrit la paralysie progressive du futur dans nos sociétés surinformées.

Victimes directes du choc du présent, les citoyens exigent des résultats rapides de leurs élus et n’ont plus aucune idée de l’échelle de temps historique nécessaire à l’action économique, sociale ou stratégique, et aux fonctions régaliennes. Notre vision du temps se réduira-t-elle à celle d’une session de jeu vidéo ou d’un fil de discussion sur un réseau social ? Que faire contre cette dérive qui semble aussi généralisée qu’irréversible ?

L’essayiste cyberpunk suggère aux décideurs politiques, aux marketeurs et aux médias de s’intéresser de plus près aux usages courants dans les univers de la technologie, du jeu vidéo et du fantasy.

Lors de son lancement en « grande pompe », Healthcare.gov ou le site Web de l’Obamacare, accusa de nombreux bugs qui firent les choux gras du Tea Party et des médias. L’administration Obama aurait peut-être du s’inspirer des versions bêta d’applications ou de services en ligne qui sont améliorées par itérations successives, parfois annoncées dans des keynotes très attendues par les utilisateurs. Ainsi, l’Obamacare impliquerait ses souscripteurs dans son évolution permanente.

Dans la même veine, les grandes puissances devraient forger des stratégies de défense/sécurité, de communication et d’influence qui ne soient point assorties d’options pour des victoires finales et définitives a fortiori lorsqu’il s’agit de « franchises » terroristes et résilientes comme l’Etat islamique et Al-Qaïda. Toute initiative militaire contre un groupe terroriste serait considérée non pas comme une solution générique mais comme la « version d’essai » d’une solution parmi tant d’autres, à l’image de la combinaison d’infanterie légère kurde et d’aviation alliée qui fit mouche contre l’Etat islamique à Kobané.

Le réchauffement climatique, les virus mutants, le chômage, la pauvreté, la faim, la spéculation financière, l’insécurité urbaine, le trafic de drogue, le (cyber)crime organisé, les extrémismes politiques, les revendications / tensions identitaires et le terrorisme sont des risques endémiques et des menaces résilientes qui ne seront jamais annihilés une bonne fois pour toutes… et perdureront d’autant plus que la surinformation augmente l’entropie généralisée dans un cercle vicieux.

On ne peut planter de drapeau flottant sur leurs décombres et crier victoire mais on peut probablement « contenir le mal ou limiter la casse » avec des solutions à moyen/long terme qui soient à la fois novatrices, expérimentales, ouvertes et évolutives; et de surcroît « vendues et communiquées » comme telles dans la mesure du possible. Vaste programme.

Un malheur ne venant jamais seul, Douglas Rushkoff avoue une addiction aux technologies et un déficit récurrent d’attention qui a perturbé la rédaction de son ouvrage. Il en de même pour le blogueur qui a grandement apprécié l’approche novatrice et le style accrocheur de son choc du présent et doit immédiatement savoir pourquoi son smartphone a vibré trois fois en moins d’une minute…

(1) Ne croyez pas la publicité / la version officielle

(2) N’importe qui peut être tué

Electrosphère

Netizen Report : La Slovaquie déclare la surveillance de masse inconstitutionnelle

Traduit par Abdoulaye Bah
22/05/2015

Des silhouettes humaines surveillant une caméra. Image par Geralt via Pixabay, domaine public.

Notre bulletin de veille Netizen de Global Voices Advocacy donne un aperçu international des défis, victoires et tendances émergentes dans le domaine du droit d’internet et des libertés numériques dans le monde

Il y a un an, la Cour de justice de l’Union européenne invalidait une directive de l’Union sur la conservation des données, en partie pour ses atteintes à la vie privée des usagers. Bien que les affaires de surveillance de masse continuent de dominer les manchettes des journaux en France, en Allemagne et au Royaume-Uni, certains pays européens ont effectivement cherché à oeuvrer pour une protection plus forte de la vie privée de l’utilisateur.

La semaine dernière, la surveillance de masse a été officiellement jugée “inconstitutionnelle” par la Cour constitutionnelle de la République slovaque, dans un procès intenté par une coalition de membres du parlement qui travaillent en collaboration avec le European Information Society Institute (Institut de la société européenne), un centre de réflexion local. La décision invalidera des éléments clés de la loi sur les communications électroniques de la Slovaquie de 2011 qui exigeait la collecte et le stockage de métadonnées de masse par les opérateurs de télécoms.

Si quelques pays européens font des pas de géants dans ce domaine, les États-Unis, eux, avancent à une vitesse d’escargot pour l’arrêt de la surveillance de masse.

Cependant, une nouvelle législation devant le Congrès américain pourrait commencer à limiter le pouvoir de l’administration américaine en ce qui concerne la surveillance de masse, mais elle pourrait aussi soulever de nouveaux défis pour les entreprises de télécommunications. Des versions révisées du PATRIOT Act [fr], une des trois lois en vertu desquelles les programmes de surveillance de masse de la NSA sont exécutés, avait un soutien initial à la Chambre des représentants et un projet de loi identique semble gagner du terrain au Sénat.

Les amendements interdiraient la collecte massive de données par le gouvernement et ne permettraient aux entreprises de télécommunications de stocker les données des utilisateurs que pour une période limitée. Les données de l’utilisateur ne seraient alors accessibles aux organismes gouvernementaux qu’avec l’approbation de la Foreign Intelligence Surveillance Court [fr], une entité qui, depuis les révélations d’Edward Snowden, a acquis une réputation de chambre d’enregistrement de quasi toutes les demandes de données reçues. Une question importante est de savoir si oui ou non les opérateurs des télécoms seront capables d’assurer une sécurité renforcée pour les données qu’ils devront stocker. Si cet arrangement pourrait mieux protéger les données des utilisateurs contre la surveillance du gouvernement, il pourrait laisser les utilisateurs plus vulnérables hors menaces de sécurité extérieures.

Commentant ces amendements, les militants de l’Electronic Frontier Foundation Rainey Reitman et Mark Jaycox écrivent : “Le projet de loi est loin d’être idéal. Mais il fait un pas pour assurer plus de confidentialité, et si elle est adoptée, ce sera la première fois depuis 1978 que la NSA voit son champ d’activités revu à la baisse par le Congrès “.

Comme pour illustrer la nécessité encore pressante de s’imposer dans les programmes de surveillance de masse, le Bureau américain du Directeur du renseignement national a indiqué qu’au cours de l’année 2014, une disposition de la Section 702  – qui permet de cibler des personnes hors des États-Unis – a été publiée. Malheureusement, cette information n’est pas aussi positive qu’il semble: la disposition concernait les comptes d’environ 92 707 personnes.

Un défenseur de la liberté des médias tué à Bagdad

Le journaliste irakien Ammar Al Shahbander a été tué dans une explosion à la voiture piégée à Bagdad par l’ISIS. Amar Al Shahbander travaillait pour défendre la liberté d’expression en Irak en tant que chef de mission pour l’Institute for War and Peace Reporting. Les internautes à travers l’Irak lui ont rendu hommage, en deuil à la veille de la Journée mondiale de la liberté de la presse.

WhatsApp et Viber bloqués au Burundi

Au courant des manifestations entourant les prochaines élections présidentielles, le gouvernement du Burundi a bloqué WhatsApp et Viber, malgré que moins de 2 pour cent des résidents du pays aient accès à l’Internet. C’est la dernière d’une série de mesures restrictives utilisées pour étouffer la dissidence au Burundi – les lignes téléphoniques des stations de radio privées ont également coupées. Le gouvernement a adopté une loi en 2013 qui obligeait les journalistes à être accrédités et de révéler leurs sources confidentielles dans certaines circonstances.

Les Hong Kongais exigent des protections de leur vie privée plus fortes

Les groupes civiques de Hong Kong exigent plus de responsabilité dans les pratiques de surveillance. C’était à la suite d’une surveillance généralisée soupçonné d’applications de messagerie mobile et sur ​​Internet au cours de la série de manifestations Occupy Central movement. Les groupes civiques, y compris InMedia de Hong Kong ont demandé au gouvernement de veiller à ce que toutes les formes de communication interpersonnelle soient protégées en vertu de la loi sur la surveillance de Hong Kong. Ils demandent également que la loi veille à ce que la police ne surveille pas les organisateurs de la manifestation, les leaders de groupes civiques, des dissidents politiques ou pour des motifs de sécurité publique.

“Super Cannon” attaque le service de connexion de Facebook

Selon The Verge, le grand pare-feu de la Chine a été utilisé pour attaquer Facebook en réorientant les utilisateurs vers une page Web de tiers, par l’insertion d’un code, un logiciel que Citizen Lab a surnommé “le Grand Cannon “. Comme cette attaque a été effectuée par le service de télécommunications national, seuls les utilisateurs situés en Chine qui n’utilisaient pas un VPN ont été touchés. Des tactiques similaires ont déjà été utilisées pour une attaque par déni de service sur GitHub et GreatFire.org en mars.

Attention à Stingrays

Les organismes d’application de la loi des États-Unis utilisaient secrètement le logiciel Stingrays, qui leur permettait de soustraire des données de réseau à partir de téléphones mobiles, depuis plusieurs années maintenant. Grâce à une série de demandes de documents publics par divers organes de presse et de défense des droits humains, nous avons maintenant une idée de la portée et de l’ampleur de l’utilisation du logiciel Stingray par les services de police à travers le pays. La pratique a enfin été condamnée par les organismes de réglementation, selon un nouvel article du Wall Street Journal: le Ministère américain de la justice procède à un examen de cette pratique et semble orienté un changement de sa position sur où et quand les logiciels Stingrays peuvent être déployés – et comment le public pourrait connaître leurs activités.

Bloguer est une activité personnelle 

La semaine dernière, nous avons commémoré le premier anniversaire de l’arrestation [fr] des blogueurs de Zone9 par une mise à jour sur leur situation actuelle. Mais il est tout aussi important de garder leur histoire visible, en relatant leur courage, leurs gouts personnels, leurs noms et leurs voix. Entre poésie et de prose, l’auteur et poète nigérian Nwachukwu Egbunike écrit sur eux : “Nous ne pouvons pas piétiner l’humanité des autres sans dévaluer la nôtre”.

“Les blogueurs sont confrontés à un ensemble complexe et très personnel de considérations pour décider s’il ne faut pas être anonyme en ligne, ont déclaré la Directrice de Global Voices Advocacy Ellery Biddle et Nani Jansen, juriste et Directeur de Media Legal Defence Initiative [fr]. Il n’y a pas de réponse “affirmative” définitive, selon elles – pour certains, l’anonymat peut assurer la liberté de laisser parler sa conscience. Dans d’autres cas, y compris celui des blogueurs de Zone 9 en Ethiopie, les interdictions légales de cryptage introduisent de nouveaux risques lorsque des militants cherchent à protéger leur vie privée. Selon un membre de la communauté Advox, “[On doit] refléter sur l’autocensure, l’éthique, la sécurité et les limites personnelles … une chose est la sécurité technique, une autre est votre stabilité mentale et émotionnelle.” Nous voulons ouvrir la discussion à une communauté plus large. Partagez vos opinions sur l’anonymat dans la section des commentaires, par tweet, @advox ou envoyez-nous un message.

Nouvelle recherche

Abonnez-vous à Netizen Report par email

Renata Avila, Ellery Roberts Biddle, Hae-in Lim, Bojan Perkov et Sarah Myers West ont contribué dans la rédactoin de ce billet.

LES CHINOIS ÉTOUFFENT

Source : http://ddc.arte.tv

05/2015

VIDEO

EN BREF

Puissance économique de premier plan, la Chine a connu un rythme de croissance exceptionnel, que nul autre pays n’avait expérimenté auparavant. Et s’il a permis de sortir une partie de la population de la pauvreté, le développement du pays a aussi provoqué une crise écologique majeure. Le Dessous des Cartes se penche aujourd’hui sur les conséquences environnementales du développement de la Chine.

L’évolution du PIB de la Chine

L’évolution du PIB de la Chine

Voici la courbe de progression du PIB de la Chine depuis le lancement de la réforme économique, au début des années 1980, calculé en dollars constants. En 30 ans, ce PIB a été multiplié par 20, et il est, en 2013, de près de 5 000 milliards de dollars, ce qui place désormais la Chine au deuxième rang mondial, derrière les États-Unis.
L’évolution des émissions de CO2 en Chine

L’évolution des émissions de CO2 en Chine

Voici maintenant la courbe de progression des émissions de CO2 de la Chine, en millions de tonnes, pour les mêmes dates. On voit qu’il y a une corrélation avec la courbe du PIB. Et si on compare avec l’évolution des émissions de CO2 des États-Unis, on observe que la Chine les a dépassés à partir de 2007. Elle est donc devenue la première puissance émettrice de CO2 au monde. Cela s’explique notamment par le fait que la croissance économique entraîne une demande accrue en énergie et donc une pollution de plus en plus importante. Et cette pollution dépend du type d’énergie utilisée.
La répartition des types d’énergie utilisée en Chine

La répartition des types d’énergie utilisée en Chine

Sur ce graphique, on peut voir la part des énergies utilisées en Chine : nucléaire, renouvelable (solaire et éolien), gaz naturel, hydroélectricité, pétrole et charbon. Ainsi, 77 % de l’énergie primaire utilisée en Chine vient du seul charbon, ce qui est considérable. Après les États-Unis et la Russie, la Chine dispose des troisièmes réserves de charbon au monde.
Les gisements de charbon en Chine

Les gisements de charbon en Chine

Vous voyez, en noir sur cette carte, la localisation des gisements de charbon en Chine, dont les plus grandes réserves se trouvent au Nord du pays. Les points rouges représentent les sites d’usines, aciéries et sites industriels, qui utilisent cette ressource. Une grande partie de ces usines est éloignée des principaux gisements de charbon. On estime que le pays met en service deux usines à combustion de charbon chaque mois, pour augmenter sa capacité de production, améliorer la propreté du parc existant, mais aussi pour rapprocher les usines des gisements.
Les régions touchées par le smog en 2013

Les régions touchées par le smog en 2013

Or, la combustion du charbon est très émettrice de CO2 et donc très polluante. Cette carte nous donne justement une idée des régions les plus polluées de Chine. Les zones marron indiquent les régions qui ont connu le plus de jours de smog en 2013, c’est-à-dire de nuages dus à la pollution. Elles correspondent aux régions où se trouvent de nombreuses usines utilisant le charbon mais aussi à la localisation des grandes villes. Ce type de smog peut toucher jusqu’à 17 provinces sur 28, ce qui ferait environ 600 millions de personnes, soit près de la moitié de la population de la Chine !
La pollution automobile

La pollution automobile

L’autre facteur de la pollution de l’air, c’est l’explosion du parc automobile : depuis 2010, la Chine est le premier marché de véhicule particulier au monde. Elle immatricule une voiture toutes les 4 secondes. Il y a 75 millions de véhicules particuliers en 2015, et ce chiffre pourrait tourner autour de 230 millions en 2020. Pékin, la capitale, compte 250 000 voitures de plus chaque année, alors que ce nombre est limité par la réglementation. On estime qu’à Pékin, la circulation est responsable de 58 % des émissions de monoxyde d’azote et de 25 % des émissions de particules fines.
Les particules fines

Les particules fines

Vous voyez sur cette carte les régions (en rouge) les plus touchées par la présence de particules fines dans l’air. Les particules fines proviennent des fumées issues de la combustion du charbon et des vapeurs d’automobiles. La concentration de particules fines dans l’Est de la Chine est l’une des plus élevées au monde, justement dans les régions où il y a un grand nombre d’usines utilisant le charbon.
La mortalité respiratoire prématurée en Chine

La mortalité respiratoire prématurée en Chine

Or, les particules fines pénètrent dans les voies respiratoires. Il a été d’ailleurs constaté que les fréquents pics de pollution entraînaient une augmentation immédiate de 20 à 30 % des consultations respiratoires dans les hôpitaux. Et si on regarde une carte de la mortalité respiratoire prématurée en Chine, on constate que les régions les plus touchées se trouvent à l’Est du pays.
Les régions touchées par les pluies acides en Chine

Les régions touchées par les pluies acides en Chine

Mais il n’y a pas que la pollution atmosphérique, il y a aussi la pollution de l’eau. Vous voyez sur cette carte en rouge les régions les plus touchées par les pluies acides. Elles correspondent là encore aux régions où se trouvent de nombreuses usines et grandes villes.
La pollution de l’eau

La pollution de l’eau

Alors comment marche ce phénomène ? Relâchées dans l’atmosphère, les particules polluantes retombent sur le sol mais contaminent aussi l’atmosphère et augmentent l’acidité des pluies. Tout cela a bien sûr des conséquences sur l’eau, c’est-à-dire sur les nappes souterraines, sur la fourniture d’eau potable, sur les réseaux d’irrigation, donc l’agriculture et les écosystèmes, et enfin sur la pêche côtière ou les fermes aquacoles, entraînant une pollution de la chaîne alimentaire.
Les manifestations contre la pollution

Les manifestations contre la pollution

Or, c’est la pollution de l’eau, plus encore que celle de l’air, qui est aujourd’hui en Chine la première cause des mécontentements et des manifestations. Vous voyez sur cette carte quelques unes des nombreuses manifestations qui illustrent le mécontentement de la population à l’égard des dégradations environnementales du pays. Ce mécontentement s’exprime aussi par des dépôts de plainte aux centres locaux de protection environnementaux. Ces plaintes sont passées de 300.000 en l’an 2000, à plus de 700.000 en 2010.

Lectures

Chine brune ou Chine verte ? – Les dilemmes de l’État-parti (Broché)Benoît Vermander
Les Presses de Sciences Po2007Présentation de l’ouvrage

De par son poids économique et stratégique, les défis que doit relever la Chine sont aussi des enjeux planétaires.

Le site des Presses de Sciences Po offre un résumé, le sommaire et une interview de l’auteur de l’ouvrage.

À propos de l’auteur

Le jésuite Benoit Vermander, docteur en sciences politiques, est directeur de l’Institut Ricci de Taipei et de la revue de l’Institut : Renlai.

Les publications de Benoit Vermander sont disponibles sur Cairn, dont le récent article « Développement durable et responsabilité sociale des entreprises en Chine contemporaine » pour Hérodote.

Histoire de la pensée chinoise (Broché)Anne Cheng
Points Essais/Le Seuil01/10/2014Présentation de l’ouvrage

La réédition en format poche de l’ouvrage de référence d’Anne Cheng, titulaire de la chaire “Histoire intellectuelle de la Chine” au Collège de France, est présentée en détails sur le site de l’éditeur.

Un compte-rendu en est proposé par Jacques Ghiloni pour Lecture Revues.

À propos de l’auteure

On peut découvrir Anne Cheng lors d’un entretien avec Laure Adler en début d’été 2014 pour son émission Hors Champs.

Fayard a publié la leçon inaugurale intitulée « La Chine pense-t-elle ? » que l’auteure prononça fin 2008 au Collège de France.

Elle présente pour l’année 2014/2015 un cycle de cours intitulé « Humanisme et ritualisme en Chine ancienne et contemporaine« .

De l’Être au Vivre – Lexique euro-chinois de la penséeFrançois Jullien
Gallimard01/03/2015Présentation de l’ouvrage

François Jullien présente ainsi son ouvrage : « Dans quels termes penser quand le monde est en voie de penser dans les mêmes ? … Au lieu donc de prétendre identifier des « différences » qui caractériseraient les cultures, je cherche à y détecter des écarts qui fassent reparaître du choix et remettent en tension la pensée. C’est seulement à partir d’eux, en effet, qu’on pourra promouvoir un commun de l’intelligible qui ne soit pas fait de slogans planétarisés. … Et voici que, en dessinant une sortie de la « question de l’Être », c’est du même coup une nouvelle pensée du vivre que capte, dans ses mailles, ce filet. »

La natureYue Dai Yun et Anne Sauvagnargues
Desclée de Brouwer1999Présentation de l’ouvrage

Si, dans la civilisation chinoise, la nature précède la pensée, si la présence de la rivière, de la montagne, de la brume (paysage se nomme « montagne(s)-eau(x) ») tiennent autant de place dans le quotidien, l’Europe, elle, rêve plutôt de pierres, et cherche à contrôler et à domestiquer la nature.

Yue Dai Yun, professeur de lettres chinoises à l’université de Pékin, et Anne Sauvagnargues, philosophe, confrontent leur expérience de la nature et nous invitent à considérer autrement le monde qui nous entoure.

Le livre, encore disponible chez l’éditeur, est aussi accessible sur le site VertigO, la revue électronique des sciences de l’environnement.

Anne Sauvagnargues a publié ouvrages et articles dont la liste et les textes sont consultables sur le site Cairn.

Discovering Nature: Globalization and Environmental Culture in China and TaiwanRobert P. Weller
Cambridge University Press01/02/2006Présentation de l’ouvrage

Le livre, très documenté, décrit les transformations extraordinaires qui ont eu lieu dans les réponses chinoises et taïwanaises aux problèmes environnementaux du XXe siècle et au-delà. Il montre aussi comment la circulation mondiale des idées occidentales sur la nature a interagi avec les traditions chinoises.

Un ouvrage qu’a lu et commenté, pour le site Non-fiction, Frédéric Keck, chargé de recherches au CNRS.

À propos de l’auteur

Robert P. Weller est professeur d’anthropologie et chercheur associé de l’Institut de la culture, de la religion et des affaires mondiales à l’Université de Boston.

qióngdǐng zhī xià (Sous le dôme – enquête sur le brouillard chinois)Chai Jing
Production personnelle0/2015Présentation de l’ouvrage

Documentaire chinois sur la pollution atmosphérique des grandes agglomérations chinoises, réalisé par Chai Jing, ancienne présentatrice vedette de CCTV2, réseau télévisuel d’État.

Si Harold Thibault, correspondant du journal Le Monde, rappelait début mars que « le nouveau ministre de l’environnement, Chen Jining, un universitaire spécialiste des questions d’écologie, s’est félicité, après avoir vu le film, que Mme Chai attire l’attention de la population sur l’environnement sous l’angle de la santé publique », il n’a pas fallu longtemps aux autorités chinoises pour faire disparaître le film du web chinois comme l’explique la page du site de la Fédération internationale des journalistes.

Toujours visible par ailleurs, le documentaire en chinois a vu ses traductions s’améliorer. Il a été récemment traduit en français par Frédéric Dalléas et Jef Jaquier sur YouTube.

Le twitter chinois de Chai Jing est toujours accessible sur Weibo ainsi que son blog sur Sina.

Ce que l’école doit retenir de la débâcle des iPads à l’école à Los Angeles (Wired)

Source : http://alireailleurs.tumblr.com

13/05/2015

A l’automne 2013, les écoles de Los Angeles ont commencé à distribuer des iPads dans toutes les écoles du district, rapporte Wired. Un programme ambitieux de 1,3 milliards de dollars piloté par le district scolaire de LA, Pearson et Apple. Pourtant, depuis août, tout est à l’arrêt. Le district scolaire a stoppé son contrat avec Apple et le FBI enquête pour savoir s’il y a eu un traitement préférentiel dans le marché public conclu. Au printemps, le district a même demandé à Apple de le rembourser en expliquant que la matériel fourni était totalement inutilisable. Comment expliquer ce désastre ? Comment expliquer que l’un des plus grands district scolaire des Etats-Unis, l’une des plus grande société de technologie au monde et l’une des marques les plus établies dans le monde de l’éducation en soit arrivé à un tel fiasco ?

Pour Micheal Horn, directeur du programme d’éducation à l’Institut Clay Christensen et auteur de Blended : utiliser l’innovation disruptive pour améliorer l’école, la situation de LA est emblématique des écoles prises dans une frénésie technologique, sans avoir réfléchit à ce dont elles ont besoin. Selon lui, cela montre combien un programme éducatif doit construire sa propre réponse technologique, à l’image des AltSchool, ces nouvelles écoles alternatives privées qu’évoquait longuement Wired dans un autre article. Mais le système des marchés publics permet-il vraiment cela ? interroge Robin Lake, directeur du Centre pour réinventer l’éducation publique. Or, les systèmes scolaires ont du mal à faire de la R&D. Ils sont conçus pour travailler avec quelques grandes entreprises qui fourniront une technologie clef en main. Or, ce n’est pas la façon dont la technologie évolue. C’est aussi aux entreprises comme Pearson de changer de tactique et de mieux accompagner les écoles plutôt que de concevoir des programmes clés en main. A l’image de ce qu’à lancé New York avec iZone, pour connecter les startups aux écoles de la ville. Ou du programme lancé par Cary Matsuoka du district scolaire de Milpitas en Californie, qui a d’abord travaillé avec les écoles pour savoir ce dont elles avaient besoin.

Los Angeles ne compte pas abandonner pour autant l’informatisation de ses écoles. Elle a lancé un groupe de travail pour répondre à 4 questions fondamentales : qu’est-ce que les élèves doivent apprendre ? Comment ? Quelles ressources sont nécessaires ? Comment cela va fonctionner ?

Profitons-en pour évoquer l’ambitieux projet AltSchool, fondé par un ex-cadre de Google, Max Ventilla, qui a quitté le géant américain pour fonder une école qui correspondrait à ses attentes. Dans l’article que lui consacre Wired, on apprend que dans les 4 écoles AltSchools (il devrait y en avoir 8 l’année prochaine), largement financées par les géants de la Valley (les études coûtent tout de même 21 000 $ par an et par enfant), chaque enfant dispose d’un iPad ou d’un Chromebook dans lesquels ils trouvent les “playlists” hebdomadaires de ce qu’ils doivent étudier (écrire sur quelque chose, résoudre un problème de math, regarder une vidéo…).

Ces playlists d’activités sont personnalisées et réalisés par des professeurs qui les partagent dans une base de donnée commune afin qu’elles soient réutilisables. Tous les exercices réalisées sur tablettes sont enregistrés pour suivre les progrès des élèves d’une manière moins invasive et plus précise que les contrôles de connaissance. AltSchool se présente comme un laboratoire à la fois pour construire des applications éducatives et pour construire de nouvelles formes d’écoles. Chez AltSchool, les profs ne sont pas seuls. Une équipe de 39 personnes assure l’intendance logicielle et informatique et travaille en lien étroits avec les professeurs pour mettre au point les applications et les devoirs.

Derrière cette expérience pour l’instant très élitiste, Max Ventilla souhaite vendre un système opérationnel clé en main pour les autres écoles… Mince alors ! N’est-ce pas là justement ce qu’on nous expliquait comme étant mauvais pour l’éducation ? Bon, visiblement, cela dépend surtout de la manière dont est conçu le système…

Les Nouveaux Loups De Wall Street

Réalisé par Ivan Macaux avec Ali Baddou
Produit par CHENGYU PROD, avec la participation de CANAL+

29/04/2015

Source : http://www.canalplus.fr

Depuis la crise des subprimes en 2008 et la dépression qui s’en est suivie, on pensait que les leçons avaient été tirées… Mais, pour certains, une nouvelle pratique financière pourrait avoir des effets aussi dévastateurs. Cette pratique porte un nom : le Trading Haute Fréquence (THF).

Aujourd’hui, dans l’univers de la finance, les ordinateurs ultrarapides commandent 70 % des opérations boursières aux États-Unis et déjà 40 % en Europe. Ils interviennent sur les marchés pour acheter et vendre à la vitesse de la lumière.
Ces opérations sont réalisées en microsecondes…
Les programmeurs de ces machines sont devenus « les nouveaux loups de Wall Street ».

Les traders en chair et en os ont déserté la Bourse au profit d’ordinateurs toujours plus puissants guidés par des formules mathématiques : les algorithmes.
Les règles de fonctionnement ne sont connues que par un petit monde très fermé et peu accessible. Un monde dans lequel ces traders haute fréquence n’agissent que pour un profit immédiat.
Cette révolution pourrait se révéler dramatique. Certains estiment que la Bourse est désormais truquée… Il y a quelques mois, un journaliste américain, Michael Lewis, exprimait cette thèse dans un livre retentissant, « Flash Boys ».

Des États-Unis (New York, Connecticut, New Jersey, Chicago) à la Grande-Bretagne (Londres), en passant par les Pays-Bas (Amsterdam) et la France, Ali Baddou nous emmène au cœur du système à la rencontre de ces nouveaux loups de Wall Street qui gouvernent désormais le monde de la finance. Certains parlent pour la première fois et dévoilent une partie de leur stratégie ou de leur technologie !

Bienvenue dans ce monde d’une extrême modernité où l’économie réelle s’efface au profit de la spéculation à tout prix. Bienvenue dans ce que certains surnomment le « turbo-capitalisme ».


Alternative Player 1 , 2