Les agressions sexuelles du nouvel an : des crimes sexistes à l’instrumentalisation raciste.

Source : http://www.crepegeorgette.com/2016/01/12/violence-sexuelles-instrumentalisation-raciste/

12 Janv 2016

Pendant la nuit du nouvel an, de nombreuses agressions sexuelles et parfois des viols ont eu lieu dans des villes allemandes et en Finlande.

Les féministes ont toujours étudié, travaillé, analysé et dénoncé les violences sexuelles. C’est grâce à deux victimes de viol et à leur avocate, Gisèle Halimi, qu’on a pu en 1978, lors du procès d’Aix en Provence comprendre les répercussions psychiques possibles du viol sur les victimes. Les féministes auront également permis de faire reconnaître et condamner le viol conjugal qui sera finalement pris en compte légalement en 1990. Leurs nombreux travaux et études auront permis de connaître le nombre de viols et de tentatives de viols par an (75 000 en France) des agressions sexuelles (13% des femmes allemandes en auraient subi une), le peu de plaintes déposées par les victimes de viol (10% en France). Elles ont également travaillé sur ce qu’est le viol, ce qu’il constitue au niveau sociologique alors qu’il est encore souvent vu par l’ensemble de la société comme l’acte isolé d’un « fou » ou d’un « monstre ». Ces dernières années, ont été analysés le concept de culture du viol et celui de harcèlement dans l’espace public.
Les féministes n’ont donc jamais eu besoin d’attendre quiconque pour condamner TOUTES les agressions sexuelles et TOUS les viols, quels qu’en soient les auteurs. Elles ont plutôt l’habitude de prêcher dans le désert au milieu de personnes qui ne les croient pas et minimisent les chiffres des violences sexuelles. Les agressions sexuelles et les viols commis le 31 décembre en Allemagne et en Finlande sont donc évidemment condamnables, comme toutes les autres violences sexuelles.

LIRE LA SUITE

Publicités

Les nouveaux parias

Par Groupe Gisti-Roms

23/04/2014

Source : http://lmsi.net

English : The new pariahs

 

Pourquoi les Roms attirent-ils toutes les haines, les suspicions, les comportements de rejet, d’exclusion, etc. ? Les Roms apparaissent comme les parias des parias alors que numériquement, ils ne représentent pas grand-chose. Pourquoi une telle focalisation politique et médiatique, en France et en Europe, autour de communautés que l’on a tôt fait d’amalgamer pour en faire un « problème rom » ? En quoi leur « traitement » en France est-il symptomatique de la politique à l’égard des étrangers, faite d’ostracisme et de déni des droits ? À moins que leur « particularité », du fait de leur citoyenneté (européenne), de leur mobilité (supposée, érigée en principe et alimentée par les expulsions), de leur résidence (autorisée… aux marges et forcément conditionnée), ne pose de manière abrupte la question de la légitimité des migrations…

Dès qu’on commence à vouloir parler des Roms, ou de ce qu’il est d’usage d’appeler « la question rom », on se heurte à une première difficulté, qui est de savoir… de qui on parle exactement. « Rom » n’est en effet pas le nom d’une nationalité, et il est difficile de dire que c’est le nom d’un peuple tant les propos et les actions concernant « les Roms » se trouvent viser aussi bien des personnes qui revendiquent cette identité que d’autres qui se voient désignées sous cette appellation sans en pouvoir mais.

Se pose dès lors la question de la légitimité à user de ce mot, empreint de la violence symbolique qui consiste à assigner une identité. Cependant, on ne peut passer sous silence le déni de droits, les discriminations, la répression qui touchent celles et ceux qui se reconnaissent Roms comme celles et ceux qui ont d’autres identités de la même « famille » (Gitans, Manouches, Tsiganes, Sintés…), voire d’autres encore, qu’on englobe arbitrairement dans cette catégorie. Difficile de dénoncer l’ostracisme qui pèse sur tous sans reprendre la catégorie qui, même si elle est soigneusement évitée en France dans les textes juridiques et dans les statistiques, est bel et bien à l’œuvre dans les discours et dans les pratiques des élus et de l’administration.

Évoquer « le problème rom » est peu à peu devenu un leitmotiv du discours politique et médiatique en France comme dans plusieurs autres États européens. Il n’est pas rare cependant que l’ampleur donnée par les responsables politiques, les élus, les médias, à ce qui est présenté comme « un problème » soit inversement proportionnelle au nombre de personnes effectivement concernées. On s’inquiète ou l’on s’est inquiété aussi de la présence de familles polygames (quelques milliers de familles), de prétendus flux de mineurs isolés étrangers (3000 à 5000 arrivées par an), des porteuses de niqab (quelques centaines de femmes sur l’ensemble du territoire français), des victimes de mariages dits « gris » (quelques dizaines de cas)… Ce qu’on appelle « le problème rom », ce serait – les sources ne s’accordent pas sur les chiffres – 17000 personnes environ qui vivent en habitat précaire, peut-être 40000 personnes au total selon certains chercheurs. Un nombre en tout cas assez dérisoire par rapport à la population française, et dont tout donne à penser qu’il est resté à peu près stable ces derniers dix ou quinze ans.

La majorité des Roms vivant en France sont de nationalité roumaine, bulgare, ou des divers pays des Balkans. Leurs droits en France dépendent de leurs appartenances nationales respectives, et diffèrent selon qu’elles et ils sont ou non citoyens européens, ressortissants ou non d’un État de l’Union européenne, ou ressortissant ou non de l’un des États européens dits « en période transitoire ».

Dans les faits, cependant, on le sait, les Roms sont non seulement, comme hélas bien des étrangers, victimes de toutes sortes de discriminations et suspicions, mais encore souffrent-ils d’un degré particulièrement élevé, et quasi consensuel, d’une xénophobie très ancienne et toujours renouvelée. En cela, on peut dire qu’ils constituent une sorte de prototype de la figure de l’étranger dans ses caractères les plus négatifs. L’embarras de nombre de locuteurs soucieux de ne pas commettre d’impair avec les termes Roms, Tsiganes, Gitans, voire « gens du voyage » témoigne assez bien de la méconnaissance dans laquelle sont la plupart des Français – et des Européens en général – de l’origine, l’histoire, la sociologie des populations concernées. Mais comment diable doit-on appeler « ces gens-là » ?

Il y a une vingtaine d’années, le terme « Roms » n’était guère connu en dehors du cercle des historiens ayant travaillé sur le sujet. En France, on utilisait des termes variables selon les régions : Gitans ici, Manouches ailleurs, Tsiganes, Bohémiens ou Romanichels… Cette variété était le juste reflet d’une diversité bien réelle. Le nom de Roms – « hommes » en langue romani – a été mis en avant à la suite de la réunion de congrès mondiaux successifs organisés à partir du début des années 1970 par des organisations de Roms qui ont porté des revendications de reconnaissance internationale dans les instances de l’ONU, obtenant, en 1979, un statut consultatif en tant que nation rom, État sans territoire, auprès du Conseil économique et social des Nations unies. C’est ce terme qui a finalement été adopté par l’Union européenne et par le Conseil de l’Europe.

Cependant, bien des groupes ne se reconnaissent absolument pas dans ce vocable, même s’ils peuvent accepter d’être désignés ainsi ; nombre des noms utilisés pour parler d’eux au travers des siècles et des pays sont de toute façon bien souvent des termes péjoratifs, voire insultants, ou simplement reposant sur un malentendu, que parfois ils se sont approprié, par commodité ou dans un classique retournement du stigmate… Ainsi du mot « gitan », dérivé d’« Égyptien » (en Espagne : Egiptianos, gitanos…), nom par lequel des groupes s’étaient présentés en Europe en demandant protection en tant que chrétiens persécutés en Égypte…

Les difficultés de dénomination indiquent bien les processus complexes de la rencontre entre des sociétés sédentaires et des groupes variés venus selon divers itinéraires, mais aussi le malaise qui entoure des populations dont on ne veut voir que quelques caractéristiques communes : celles qui dérangent (ils bougent tout le temps, on ne sait pas de quoi ils vivent, ils restent entre eux…). Par là, les populations dites Roms rejoignent d’autres catégories de populations bien hâtivement nommées. Ainsi, le terme « les immigrés » est trop fréquemment utilisé pour englober – et généralement stigmatiser – des personnes aux vécus considérablement variés, qu’on ne cherchera pas à connaître.

Mobilité n’est pas nomadisme

S’agissant des Roms, en France comme dans d’autres pays européens, la caractéristique généralement mise en avant est celle de la mobilité. Les causes et conditions de la mobilité des Roms et des populations assimilées en Europe sont des réalités elles aussi bien mal connues. Dans la France des années 2000 et 2010, comme on observe que les Roms vivent dans des campements de fortune, d’une part, que beaucoup font des va-et-vient entre France et Roumanie ou d’autres pays, d’autre part, qu’ils se trouvent tantôt sur le territoire d’une commune et tantôt sur le territoire d’une autre, enfin, on en déduit rapidement qu’ils sont des nomades. De ce fait, on trouve commode de regrouper les Roms sous le vocable administratif « gens du voyage » créé en France pour désigner les populations itinérantes, en évitant le caractère devenu insultant du mot nomade. Or ce terme s’applique à des personnes dont la majorité est de nationalité française. Ce faisant, on confond là différents types de mobilité, qui, loin s’en faut, ne découlent pas tous de choix libres des intéressés.

« Quatre-vingts pour cent des Tsiganes européens n’ont pas bougé de leurs pays respectifs depuis deux ou trois siècles », dit l’historienne Henriette Asséo [1]. En Roumanie, Bulgarie, Hongrie, explique-t-elle, les Tsiganes, ou Roms, représentent autour de 10 % de la population, et ces indicateurs globaux, couplés à de nombreux autres liés aux trajectoires familiales et aux situations locales, montrent bien que ces populations n’ont rien de nomades.

Pourtant, l’étiquette « nomade » colle à la peau des Roms aujourd’hui, comme si le fait que leurs ancêtres l’aient été il y a plus de 200 ou 300 ans avait inscrit en eux une sorte de pulsion nomade pour l’éternité. Au mieux, ils et elles seraient « des nomades sédentarisé·e·s » ! À ce compte-là, on peut bien dire que tous les humains sont des nomades sédentarisés… Que les traditions d’itinérance des ancêtres des groupes Roms aient cessé du fait de la réduction en servage ou en esclavage ici, de déportations massives et de politiques délibérées ailleurs, ne change rien à l’affaire. Il ne faut que très peu de générations pour modifier les traditions  : non, les Roms qui vivent en France ne sont pas, dans leur écrasante majorité, des «  gens du voyage  ».

Les relations que les Roms entretiennent avec la mobilité proviennent d’une histoire que, sans doute, l’Europe aimerait oblitérer  : histoire faite de persécutions, d’interdits, d’enfermements, de bannissements et d’une tentative de génocide à l’époque nazie. La chute du mur de Berlin et la fin de l’empire soviétique, loin de leur être profitables, ont plongé nombre de membres des minorités roms dans une situation catastrophique. En Roumanie, en Hongrie, dans tous les pays de l’ancienne URSS, les Roms ont subi toutes sortes d’exactions, pogroms, lynchages, spoliations, expulsions… Des milliers d’entre eux ont alors dû fuir, s’exilant en Amérique du Nord ou en Europe.

Cette histoire se continue aujourd’hui, même si c’est avec moins de violence, et est à l’origine de la mobilité des Roms en France. La libre circulation des ressortissants européens dans l’espace Schengen aurait dû leur donner enfin la possibilité de s’établir là où ils trouvaient sécurité et ressources économiques. Mais l’hostilité à leur égard les empêchant d’accéder normalement au travail salarié, au logement, à l’usage de la plupart des services publics et à l’exercice de nombre de droits les oblige à vivre en France dans des bidonvilles à l’écart des centres urbains, sur des terrains encore accessibles  : friches industrielles, terrains vierges, aires de stationnement de gens du voyage, no man’s land et, quand aucun espace de ce type n’est disponible, ils et elles s’installent sur des terres agricoles, des aires de sport, des parcelles privées… Les Roms font ainsi ce que font d’autres catégories de populations rejetées  : les SDF qui montent des cabanes en forêt, les travailleurs pauvres qui logent dans des mobile homes sur des terrains de camping à l’année, les exilés des «  jungles  » qui squattent des usines désaffectées ou bricolent des abris près des aires d’autoroutes…

Celles et ceux qui sont réduits à ces hébergements de fortune peuvent y être laissés tranquilles pendant des années  ; on connaît ainsi des campements dits illicites qui existent depuis une ou des décennies. Lorsque ces campements s’étendent trop ou durent depuis trop longtemps aux yeux des populations riveraines, ou lorsque des dispositions sont prises pour les faire disparaître, leurs habitants sont bien obligés de partir à la recherche d’un nouvel emplacement. Et voilà l’origine d’une autre forme de mobilité que connaissent les Roms  : l’errance de campement en campement, au gré des expulsions de terrains conduites par les forces de police. La circulaire du 26 août 2012 [2], qui prévoit d’anticiper toute évacuation de terrain avec un diagnostic social, n’a en rien amélioré les choses  : au cours du premier trimestre 2013, les évacuations de terrain ont été 25 % plus nombreuses qu’à la même période l’année précédente. Si, pour certains, la nécessité de procéder à un accompagnement social pour l’accès au logement paraît justifiée, le collectif Romeurope [3], s’agissant de la mise en œuvre de la circulaire suscitée, parle, lui, de «  parodies de diagnostics  », de même que le Défenseur des droits [4], comme on peut le lire dans leurs rapports respectifs de juin 2013.

De discriminés à fraudeurs

Alors que les Roms sont confrontés à nombre de difficultés pour accéder à leurs droits en matière de protection sociale (entre autres du fait de domiciles non reconnus, de refus de domiciliation…), on aime aussi protester contre leur recours prétendument excessif aux prestations sociales, comme on a pu s’indigner de ce qu’ils percevaient des «  aides au retour  ». C’est ainsi que les discriminés deviennent, dans les discours, des fraudeurs. Ce qui est mis en avant dans cette dénonciation de l’exercice par les Roms des droits qui leur sont ouverts, c’est bien sûr l’illégitimité de leur présence.

La plupart des droits, dans les régimes démocratiques, qu’il s’agisse de droits civiques ou de droits sociaux, sont liés au rattachement à un territoire donné  : il faut tant de présences sur le territoire de telle commune pour pouvoir y être inscrit sur les listes électorales et donc voter, tant pour s’y marier, tant pour pouvoir prétendre à un logement social, il faut tant de présence sur le territoire national pour bénéficier de l’aide médicale d’État, tant pour pouvoir prétendre à telle ou telle prestation sociale… Même la scolarisation des enfants, dont l’accès en France ne dépend pas d’une ancienneté de résidence, suppose à tout le moins la reconnaissance d’un domicile.

Les difficultés d’accès aux droits rencontrées par les Roms sont celles que connaissent les migrants de l’intérieur, celles et ceux qui n’ont pas de domicile fixe, désignés par le sigle SDF. Mais une sorte de hiérarchie sournoise s’est établie sur une base raciste, faisant des Roms des migrants sans légitimité à revendiquer quelque droit en France.

Dans les discours les plus récents les concernant, de « nouveaux » arguments sont opposés à la légitimité de leur présence : ils auraient « vocation à » (sic) retourner en Roumanie, a déclaré le ministre de l’intérieur. Ah ? (Et les Roms de Hongrie et du Kosovo aussi ?… Tout le monde en Roumanie ?). Ils auraient, a continué le ministre, un mode de vie radicalement différent « du nôtre » (quid ?). Mais à quoi donc fait-il allusion ? Aux talents musicaux ? Aux savoir-faire artisanaux ? À l’habitat précaire ? À la proverbiale saleté ? Aux ancestrales accusations (voleurs de poules, etc.) ? On n’en saura pas plus en écoutant le ministre, pas plus qu’on n’a besoin d’en dire davantage dans des propos de comptoirs, tant la façon de vivre de « ces gens-là » est connue de tous et honnie de tous.

En attendant, les Roms, populations de diverses nationalités et transnationales à la fois, s’obstinent, dans ce contexte d’ostracisme et de déni de justice, à revendiquer des droits. Et cette revendication pose avec une particulière acuité la question des frontières et, au-delà, celle de la légitimité des migrations.

P.-S.

Ce texte est extrait du numéro 99 de la revue Plein Droit, paru en décembre 2013 et entièrement consacré à la violence d’Etat faite aux Roms.

Les discriminations dont sont victimes les Roms ont été abordées au départ par le Gisti essentiellement sous l’angle de la défense des droits des « Européens pauvres » ou du soutien juridique aux Roumains et Bulgares qui voyaient se multiplier à leur encontre, particulièrement à partir de 2007, des mesures d’éloignement du territoire. L’association a été amenée par la suite à se mobiliser sur les cas d’expulsions de terrains, souvent liées à des distributions massives d’obligations de quitter le territoire français (OQTF), et plus récemment aux cas de refus de scolarisation des enfants roms. Un groupe de travail interne au Gisti, « Gisti-Roms » a été créé fin 2012, pour réfléchir à des stratégies contentieuses, élaborer des outils d’information (publications et mise en ligne), préparer des actions d’alerte et dénonciation en faveur des Roms.

Sommaire du dossier Rom de Plein droit

Roms, les nouveaux parias

Insertion ou bricolage ?

Diagnostiquer pour mieux trier

Sénart : une victoire à l’arraché

Contre les bidonvilles, les moyens existent

Citoyenneté et mobilité en Europe

Ségrégation à l’école

Enfants maltraités, familles maltraitantes ?

Jurisprudence

Séjour et éloignement des ressortissants roumains et bulgares : un droit en trois dimensions

Ont participé à ce numéro : Véronique Baudet-Caille, Emmanuel Blanchard, Pauline Boutron, Hélène Bretin, Lisa Carayon, Violaine Carrère, Claudia Charles, Marie Coiffard, Delphine Corteel, Lionel Crusoé, Nathalie Ferré, André Gachet, Thomas Habu Groud, Noura Kaddour, Claire Laudereau, Danièle Lochak, Kàtia Lurbe i Puerto, Caroline Maillary, Martin Olivera, Karine Parrot, Claire Rodier, Alice Sophie Sarcinelli, Laurence Sinopoli, Alexis Spire.

Notes

[1] « Roms : « Cette histoire de nomadisme n’a aucun sens » », Libération, 26 octobre 2013

[2] Circulaire du 26 août 2012 relative à l’anticipation et à l’accompagnement des opérations d’évacuation des campements illicites

[3] Rapport d’observatoire 2013, Romeurope, juin 2013

[4] Bilan d’application de la circulaire interministérielle du 26 août 2012 relative à l’anticipation et à l’accompagnement des opérations d’évacuation des campements illicites d’expulsion, Défenseur des droits, juin 2013

Nouveaux visages des extrêmes droites Résistances en images

Par Dirk-Jan Visser et Jan-Joseph Stok

04/2014

Source : http://www.monde-diplomatique.fr

English : New faces of the extreme right-Resistance images

Habitués des conflits internationaux, les photoreporters Dirk-Jan Visser et Jan-Joseph Stok ont eu envie de tourner leurs objectifs vers une autre guerre, plus silencieuse et plus près de chez eux : la montée du « populisme » en Europe.

Avec d’autres photographes venus de pays européens et en collaboration avec l’organisation néerlandaise de photographie documentaire Fotodok, ils ont décidé de regrouper leurs forces, formant un collectif pour mieux témoigner. Chacun a choisi son mode d’expression (photographies ou web-documentaire) et l’angle qui lui semblait le plus caractéristique de son pays : les extrémistes de l’English Defence League, l’influence des médias sociaux en Allemagne, l’impact de la crise en Grèce, les violences à l’encontre des opposants en Russie, les séquelles de la tuerie d’Utøya en Norvège, l’islamophobie en Belgique, l’influence du Front national en France, le portrait d’électeurs italiens, mais aussi la vie quotidienne dans une « ferme utopique » aux Pays-Bas…

Dans « Nouveaux visages des extrêmes droites » sont reproduites les photographies de Nico Baumgarten (Allemagne), Andrea Gjestvang (Norvège), Rami Hanafi (Finlande), Wendy Marijnissen (Belgique), The Prism (Grèce), Jan-Joseph Stok (Pays-Bas et France), Ed Thompson (Royaume-Uni) et Dirk-Jan Visser (Pays-Bas).

Trois de ces séries sont visibles ci-dessous, ainsi que deux films du collectif grec The Prism.

« Un jour dans l’histoire »
Portraits de rescapés d’Utøya, 2011-2012

En Norvège, les événements du 22 juillet 2011 sont restés gravés dans la mémoire collective. Ce jour-là, une voiture piégée explosait dans un bâtiment du gouvernement à Oslo, faisant huit victimes. Quelques heures plus tard, soixante-neuf jeunes étaient tués sur l’île d’Utøya par un militant d’extrême droite. Ils participaient à un camp d’été du Parti travailliste (sociaux-démocrates). Près de six cents jeunes ont survécu à cette attaque, plus de la moitié d’entre eux étaient mineurs au moment des faits. Ils sont retournés à leur vie normale, dispersés dans tout le pays. Ils doivent apprendre à vivre avec leurs blessures, visibles et invisibles.

Photographies d’Andrea Gjestvang.

JPEG - 183.5 ko

« Les Vrais Finlandais » (2013)

Aux élections législatives finlandaises de 2011, les partis traditionnels perdirent tous des voix au profit du parti populiste les Vrais Finlandais, qui est devenu la troisième formation politique du pays. Le photographe Rami Hanafi a voulu savoir ce qu’étaient de « vrais Finlandais ». Il est parti en reportage dans la petite ville de Kihniö, où ce parti a enregistré son plus gros score au niveau national (53 %).

Photographies de Rami Hanafi.

JPEG - 2 Mo

« Ma France à moi » (2012)

Dans le nord de la France, à l’été 2012, malgré le changement de majorité, les démantèlements de camps de Roms se sont poursuivis. Jan-Joseph Stok a suivi la destruction d’un camp près de Villeneuve-d’Ascq, où toutes les habitations ont été détruites (les cabanes en bois) ou saisies (les mobile homes). Près de deux cents personnes, dont des enfants en bas âge, ont été brutalement mises à la rue sans aucune solution de relogement. L’exclusion de la communauté rom semble faire consensus pour une majorité d’élus de tous bords politiques.

Photographies de Jan Joseph Stok.

JPEG - 806.2 ko

Web-documentaires du collectif The Prism

« Bataille pour la place Agios-Panteleimonas, Athènes » (2012). Jusqu’aux années 1960, la place Agios-Panteleimonas, avec son imposante église orthodoxe, comptait parmi les plus beaux endroits d’Athènes. Elle est devenue un champ de bataille entre des militants d’extrême droite, une population immigrée en constante augmentation et les habitants du quartier. Beaucoup d’immigrés, légaux ou non, se sont retrouvés là dans les années 1990, à la recherche de logements bon marché. Au fil des ans, leur nombre n’a cessé de grimper ; beaucoup dorment dans la rue ou squattent des maisons abandonnées. Les résidents de longue date ont commencé à s’inquiéter de leur présence et les tensions sont apparues. En 2008, avec l’aide de groupes d’extrême droite, ils ont décidé d’agir, l’Etat se montrant réticent à intervenir. Des patrouilles de civils se sont organisées pour déloger sans ménagement les immigrés. Le message est clair : « Nous ne voulons pas de vous. » Les incidents, d’abord sporadiques, se sont multipliés, de plus en plus violents. Les rues autours de la place sont devenues dangereuses pour les gens à peau foncée. La haine s’est enracinée profondément entre les communautés, piégées dans cette situation intenable.

« Personne ne devrait être effrayé par ces rassemblements sur la place Agios-Panteleimonas. Ils [les immigrés] font ce que les Grecs faisaient il y a quarante ans sur les places de leurs villages », explique un des témoins qui s’expriment dans le documentaire. Pourtant, son opinion semble fort minoritaire dans ce quartier où les résidents historiques apparaissent plutôt irrités par ce que certains, à l’extrême droite, appellent une « invasion ». Aube dorée s’appuie sur ce sentiment d’exaspération, renforcé par le fait que les migrants musulmans sont contraints de prier dans la rue. Il n’existe aucune mosquée à Athènes.

Un film d’Olga Stefatou.


« Jeunesse radicale en Grèce » (2011). Les partis de la gauche radicale, et notamment Syriza, représentent un espoir pour une partie des Grecs. De nombreux jeunes, révoltés face aux diktats de la « troïka » (Fonds monétaire international, Banque centrale européenne et Commission européenne), rejoignent ces mouvements et parfois les débordent lors de manifestations violentes.

Les documentaristes Nikos Katsaounis et Nina Maria Paschalidou ont fondé le collectif The Prism à l’hiver 2010 pour témoigner, sous la forme de reportages multimédias, des bouleversements engendrés par la crise économique dans la société grecque. Les deux films ci-dessus font partie des 27 qui ont été produits par le collectif.

Le projet The Rise of Populism in Europe est exposé dans son ensemble à la galerie Melkweg à Amsterdam du 2 avril au 4 mai 2014. Plus d’informations sur le site de Fotodok, l’association néerlandaise qui organise ce projet collectif.

- Arte a publié sur son site deux des reportages photographiques, montés en diaporamas commentés par les artistes : « La montée de l’English defence league » et « Les belges et le voile ».

- Tinka et Frank Dietz, ainsi que Maria Turchenkova.com/ font partie du projet mais leurs œuvres n’ont pas été présenté dans « Nouveaux visages des extrêmes droites ».